Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

Un exemple supplémentaire de l'étonnant rapport de la République islamique à ses transsexuels: désormais, ils ne seront plus réformés de l'armée pour désordre mental.
(source : Têtu, 9 janvier 2010)

 

Iran

Jusqu'à présent, les minorités de genre étaient réformées de l'armée iranienne en raison de leur «dérangement mental». La République islamique a ainsi exclu 4.000 personnes. Une «inaptitude», certifiée noir sur blanc sur les attestations d'exemption, demandées par les employeurs. Mais constatant les discriminations multiples auxquelles étaient alors confrontés les transgenres, le ministère de la Santé iranien et l'armée ont, conjointement, décidé de mettre un terme à la pratique.
Interrogé par l'agence officielle iranienne Fars, le 6 janvier, un directeur en charge des «personnes socialement vulnérables» au gouvernement s'explique: «Jusqu'à présent, dit Hassan Moussavi Chelk, les personnes transgenres étaient réformées en raison de leur état de dérangement mental. Désormais, on inscrira qu'ils sont diabétiques ou qu'ils souffrent de déséquilibre hormonal.»
Réassignation de genre pour «guérir» les homosexuels
Une «mansuétude» qui permettra aux minorités de genre de trouver plus facilement du travail, alors que leur précarité est dénoncée par les associations. Les autorités n'entendent pas toutefois rayer le transsexualisme de la liste des maladies mentales.
Une fatwa de l'ayatollah Khomeiny permet la réassignation de genre «thérapeutique» en Iran, où elle est couramment pratiquée. Toutefois, l'association iranienne homosexuelle en exil Irqo, basée au Canada, estime que la fatwa, transcrite dans la loi, sert depuis quelques années de prétexte pour tenter de «guérir» des homosexuels. Ils seraient ainsi des dizaines, chaque année, à changer de sexe pour mettre un terme au harcèlement de la police, pour éviter des peines de prison, de coups de fouet ou même, dans certains cas, pour échapper à la peine capitale (lire notre article).
Par ailleurs au Pakistan, le président de la Cour suprême a ordonné au gouvernement de reconnaître les eunuques comme un genre à part. Cette décision, intervenue la veille de Noël, devrait permettre l'instauration prochaine d'un troisième sexe sur les cartes d'identité, comme dans d'autres régions asiatiques (lire notre article).
 
lien de l'article : www.tetu.com/actualites/international/iran-la-transsexualite-nest-plus-consideree-comme-un-grand-handicap-16275
 
sur la TRANSIDENTITE en IRAN
.
En Iran, pas de fatwa pour les transsexuels (avec extraits vidéos)

. Transsexuel en Iran : un livre dénonciateur et un documentaire ambigu (avec extraits vidéos)

[portraits] Marie, transsexuelle iranienne

> Etre transsexuel en Iran : «Laissez-moi me faire opérer» (Libération, janvier 2006)
En Iran, de 800 à 1 000 personnes ont changé de sexe. Téhéran, qui autorise l'opération et fournit de nouveaux papiers d'identité, fait exception parmi les Etats musulmans. Malgré tout, la vie des transsexuels reste difficile dans un pays où parler de sexe dans la sphère publique est interdit. Rencontres avec Sharareh, Ali et Sayeh.
>
LIRE en .pdf


> Transsexualité en Iran sur Wikipédia
 
sur la dépsychiatrisation de la transidentité
. Révision du DSM : Sam Winter appelle à dépsychiatriser la transidentité (novembre 2009)
. [France] La transsexualité ne sera plus classée comme affection psychiatrique (revue de presse, communiqués associatifs, tribune) (mai 2009)
. Psychiatrisation - Dépsychiatrisation, c'est quoi ? (Classification) - La demande des Trans' (novembre 2008)

Les transsexuel-le-s et les transgenres dans l'armée
. [focus] Les transsexuels et l'armée (revue de détail de la situation des transsexuel(le)s et transgenres vis-à-vis de l'armée à travers quatre cas: espagnol, français, britannique et québécois)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article