Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

Il y a quelques années, le vrai nom de Marie était Asgar. Elle travaillait comme chauffeur routier et portait la moustache. Mais, depuis toujours, elle avait l'impression d'être née dans le mauvais corps.
  Quand Marie a appris que le gouvernement de feu l'Ayatollah Ruhollah Khomeiny permettait les opérations de changement de sexe, elle s'est inscrite et a été acceptée dans le programme.

  Avant de subir cette opération, elle a informé sa femme de son intention. Ensemble, elle et sa femme, ont annoncé à leurs enfants qu'Asgar partait pour un long voyage avec son camion. Après l'opération, la femme de Marie a annoncé aux enfants qu'Asgar était mort dans un accident de voiture. On leur a alors présenté Marie comme une tante éloignée.

Pendant un moment les choses se sont bien passées, mais quand un magazine à ragots iranien a révélé sa véritable identité, les enfants de Marie ont complètement coupé les ponts avec elle.

Elle vit à présent dans un petit appartement au centre de Téhéran. Elle ne peut pas reprendre son ancien emploi, parce qu'en Iran, les femmes ne sont pas chauffeurs routiers.

Seule, abandonnée par ses enfants, ses amis, elle passe ses journées avec des individus louches dans des allées sombres. D'un point de vue médical, son opération s'est très bien passée, mais Marie sait que sa décision l'a laissée seule au monde.

***

Marie, transsexuel iranien, a été publié avec d'autres projets de photographes EVE, tels que le projet Maternité au Brésil, en Géorgie, sur PDNonline et sera publié en Italie. Leur premier projet a été projeté au Lianzhou photo festival 2006, Visa pour l'Image 2006, Angkor Photo festival, Gijon International photo festival.

Marie, Transsexuel Iranien,
Newsha Tavakolian—EVE Photographers 
http://imaginingourselves.imow.org/pb/Story.aspx?id=1301&lang=2&g=0

> Etre transsexuel en Iran : «Laissez-moi me faire opérer» (Libération, janvier 2006)
En Iran, de 800 à 1 000 personnes ont changé de sexe. Téhéran, qui autorise l'opération et fournit de nouveaux papiers d'identité, fait exception parmi les Etats musulmans. Malgré tout, la vie des transsexuels reste difficile dans un pays où parler de sexe dans la sphère publique est interdit. Rencontres avec Sharareh, Ali et Sayeh.
>
LIRE en .pdf
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article