Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

[actu] Pakistan • Les personnes trans autorisées à changer de genre sur leurs papiers d'identité La Cour suprême du Pakistan a statué que les Pakistanais qui ne se considèrent pas homme ou femme devaient être autorisés à figurer selon le genre de leur choix sur les documents officiels qui comporteront désormais une nouvelle catégorie. Cette décision positive a de quoi surprendre étant donné le climat ultra-conservateur qui prévaut au Pakistan,  les personnes trans sont souvent rejétées et forcées de vivre dans l'exclusion. Beaucoup sont exclues du monde du travail notamment et n'ont d'alternative que la prostitution ou sont réduits à la mendicité. (source : e-llico.com, 27/04/2011)

 

Est-ce la fin du ghetto transsexuel ? La Cour suprême a expressément demandé aux administrations et aux entreprises d'offrir des emplois aux hijras. Roopa vient de bénéficier de cette nouvelle bienveillance officielle.

Etat des lieux de la transidentité au Pakistan à travers ce portrait publié par Le Monde (daté du 23.04.2010) suivi d'une REVUE DE PRESSE

Extraits de l'article :

"Issue d'une lignée familiale passée du sikhisme au christiannisme puis à l'islam, elle n'a cessé de lutter dès son adolescence pour s'affranchir de son "corps d'homme", ce "corps erroné" que la destinée lui a alloué par accident. Elle dut affronter l'incrédulité de ses parents, l'hostilité de ses professeurs, les quolibets de ses camarades de classe. Quant à trouver un travail, il ne fallait guère y penser. Au fil des humiliations, elle entra en résistance et finit par fonder avec d'autres une association militante, la Gender Interactive Alliance...

Roopa fait partie d'un groupe de hijras embauché par le bureau de gestion immobilière d'un quartier résidentiel de Karachi. Leur mission consiste à récupérer les dettes des mauvais payeurs, ceux qui ne règlent par leurs factures (loyer, eau, électricité...). Tel est le créneau professionnel que l'on confie désormais aux hijras du Pakistan : le recouvrement des créances. Elles sont censées obtenir des résultats supérieurs à la moyenne, car la visite à domicile de hijras, qui attirent forcément l'attention du voisinage, est perçue comme une humiliation par le contrevenant. En outre, des superstitions toujours vivaces prêtent aux hijras des pouvoirs occultes, comme celui de jeter de mauvais sorts. Aussi, le débiteur récalcitrant finit-il par céder... (...)

Sarah est un brin sceptique. Elle juge insuffisant le juridisme de la Cour suprême. "Il faut une politique plus globale éveillant la conscience de la société", dit-elle. Car le temps presse. Sarah redoute les effets pervers de l'enregistrement officiel des hijras : "Une fois que nous aurons une carte d'identité, nous deviendrons plus facilement la cible des groupes les plus intolérants, en particulier de certains islamistes extrémistes." On lui a déjà promis un châtiment à l'acide. Sarah veut avancer vite, très vite, afin de bâtir le maximum de digues autour de ce "troisième sexe" au Pakistan toujours très vulnérable... Lire l'article en entier

www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/23/etre-transsexuel-au-pakistan-par-frederic-bobin_1341736_3232.html

New rights for trans people in Pakistan (source : PinkNews.co.uk • December 30, 2009)

La Cour suprême pakistanaise a ordonné au gouvernement de permettre aux personnes trans de se voir reconnaître officiellement un genre distinct.

(E-llico, 4/01/2010)

Connues sous le nom "hijras", les transsexuels devrait être en mesure d'obtenir des cartes d'identité nationales indiquant leur sexe "hijras", a estimé la cour.

Comme tous les transsexuels qui ne se voient pas reconnaître leur sexe réassigné, les transsexuels pakistanais rencontrent des problèmes d'intégration sociale dans la mesure où leurs cartes d'identité ne concordent pas avec leur sexe apparent.

Ceux issus de milieux pauvres en particulier sont souvent soumis à l'oppression et au harcèlement policier et sont obligés de gagner leur vie par la mendicité ou la prostitution.

Commentant la décision de justice, Almas Bobby, le président d'une association "hijra", a déclaré à l'agence Reuters : "C'est un grand pas vers le respect de notre identité dans la société. Lentement, les gens reconnaissent que nous sommes aussi des êtres humains".

lien de l'article :
http://v2.e-llico.com/article.htm?rubrique=actu&articleID=21123


précédemment

De nouveaux droits pour les transsexuels
[Pakistan] Du mieux pour les trans’, considérés par la cour suprême comme des citoyens à part entière

 En Inde et au Pakistan, on les appelle « hijras ». Leur histoire se confond avec celle du sous-continent et des textes très anciens les mentionnent. Si elles connurent des heures fastes, au temps des princes moghols, leur statut a basculé avec la colonisation. Le 15 juilet, c’est la cour suprême de la République islamique du Pakistan qui les a proclamé « citoyens égaux du Pakistan ».
par Hélene Hazera (publié par Yagg, 18 juillet 2009)

À l’origine de cette avancée majeure pour le droit des trans’ pakistanais, une rafle de police qui a tourné à l’avantage d’une des populations les plus discriminées du Pakistan. « Ce sont des citoyens comme les autres qui doivent bénéficier des mêmes droits humains et à la même protection que les autres », vient de décider une commission judiciaire. Après avoir fait des recherches sur cette population, le juriste islamique Dr Mohammad Aslam Khaki  a déclaré que c’était une des populations les plus opprimées de la société pakistanaise, sujette à d’innombrables humiliations et violences.

Pendant les auditions, deux hijras ont témoigné devant les juges de leur  leur quotidien marqué par les abus de la police et des gangsters, ainsi que par le rejet par les familles. « Mon témoignage peut très bien me coûter la vie » a déclaré Shazia. « J’ai déjà été menacée. Il m’est déja arrivée d’être accusée faussement par la police et d’être soumise à des tortures sexuelles intenses. ». La cour suprême d’Islamabad s’est étonnée que sur leur carte d’identité, les hijras aient la mention « sexe masculin ».

lien de l'article : www.yagg.com/2009/07/18/pakistan-du-mieux-pour-les-trans-consideres-par-le-cour-supreme-comme-des-citoyens-a-part-entiere-789/


Sur la transidentité en Asie et au Moyen-Orient

. Transsexuel-le-s en Inde

. Le combat des transsexuelles philippines à LIRE sur le site de RFI (16 mai 2011)

. Thaïlande, paradis des trans ? - [reportage] Changer de sexe en Thaïlande va devenir moins facile (novembre 2009)

Commenter cet article

Delphine 15/05/2011 08:44



Nul progrès dans cette création d'un "3ème sexe" sur les papiers d'identité.


Il s'agit d'un moyen de discrimination supplémentaire, stigmatisant.


Et comment vont être gérées les personnes qui se disant "homme" ou "femme" et ne se reconnaissant pas dans un "3ème sexe" veulent sortir de cette discrimination ?


Nous sommes loin, très loin de la définition de l'identité de genre et de son universabilité ainsi que de l'application des Droits de l'Homme.