Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

 Un livre essentiel écrit dans un langage clair pour comprendre cette problématique.
Caphi

 

Tout savoir sur les transgenres, pour éducateurs et étudiants. Cet ouvrage passionnant comble une lacune éditoriale. Il est un des premiers à dresser un panorama des transgenres complet et non pathologisant. Sa lecture est hautement recommandable aux jeunes transgenres, aux parents de transgenres, aux professionnels de santé, mais aussi à tous les « cisgenres » qui veulent enrichir leur connaissance de ces concitoyens particuliers victimes d’une discrimination tenace, loin des stéréotypes entretenus par l’ignorance et les médias de masse. (source : altersexualite.com)

Changer de sexe
Changer de sexe
Identités transsexuelles
 
 
Juridiquement considérées comme des malades mentales, les "trans" ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être reconnues. Cet ouvrage, premier en la matière, rédigé par deux transsexuelles, veille à nous éclairer sur ce phénomène encore mal connu et mal perçu en France.
 
   
 

Alexandra Augst-Merelle et Stéphanie Nicot
 
septembre 2006
13 x 22.5
broché
192 pages
22 €
ISBN : 978-2-84670-142-6
 
   
 
 
 
Au sommaire
 

 Préface de Martin Winckler : Tout à fait mon genre

Introduction

La communauté transgenre
— « Quand on a un pénis, on est un homme, c'est tout ! »
— « Les Trans, c'est un phénomène de mode. »
— « Ce sont des malades mentaux. »
— « Les Trans souffrent beaucoup. »
— « Ce sont des hommes qui veulent devenir des femmes. »
— « Les Trans travaillent au Bois de Boulogne. »
— « Le sexe dégoûte les Trans. »

La transition, c'est rien que du bonheur
— « C’est anormal d’être transgenre. »
— « La transition, c’est un chemin de croix. »
— « Les Trans perdent leur famille. »
— « Une Trans, on la repère toujours. »
— « Les hormones détruisent la santé. »
— « L’opération est une mutilation nécessaire. »
— « C’est facile de changer ses papiers. »

 Mythes et réalités
— « C’est pas leur faute, c’est la nature. »
— « C’est la faute des parents. »
— « Les Trans sont protégées par les lois. »
 

 
Extrait
 

 
Pour en savoir plus
 

 Livres
— AMNESTY INTERNATIONAL, Crimes of hate, conspiracy of silence, Amnesty International Publications, Londres, 2001.
— BEAUVOIR Simone de, Le Deuxième sexe, Gallimard, Paris, 1949.
— BORNSTEIN Kate, Gender Outlaw, Vintage Books, New York, 1995.
— BOYLAN Jennifer Finley, She's Not There: A Life in two genders, Random House, New York, 2003.
— BUTLER Judith, Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, La Découverte, Paris, 2005.
— CALIFIA Pat, Le Mouvement transgenre : changer de sexe, EPEL, Paris, 2003.
— CASTEL Pierre-Henri, La Métamorphose impensable : essai sur le transsexualisme et l'identité personnelle, Gallimard, Paris, 2003. (lire plus bas)
— CHILAND Colette, Changer de sexe, Odile Jacob, Paris, 1997.
— CHILAND Colette, Le Transsexualisme, Presses Universitaires de France, Paris, 2003.
— DUAL Sandra, Rencontre du troisième sexe, Éditions Gérard Blanc, Toulon, 1999.
— FAUSTO-STERLING Anne, Sexing the Body, Basic Books, Philadelphie, 2001.
— FAUTRAT Pascal, De quoi souffrent les transsexuels : psychopathologie clinique et changement de sexe, Éditions des Archives contemporaines, Paris, 2001.
— FRANCES Allen, ROSS Ruth, traduit par CROCQ Marc-Antoine, DSM-IV, Cas cliniques : un guide clinique du diagnostic différentiel, Masson, Paris, 2000.
— FRIGNET Henry, Le Transsexualisme, Desclée de Brouwer, Paris, 2000.
— GUELFI Julien Daniel et alii, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Masson, Paris, 2003.
— LAROCQUE Gonzague de, Les Homosexuels, Le Cavalier Bleu, Paris, 2003.
— LÖWY Ilana, ROUCH Hélène et alii, La Distinction entre sexe et genre, L’Harmattan, Paris, 2003.
— MARIN Maud, Le Saut de l’ange, J’ai lu, Paris, 1987.
— MERCADER Patricia, L’Illusion transsexuelle, L’Harmattan, Paris, 1994.
— NOËL Georgine, Appelez-moi Gina, Jean-Claude Lattès, Paris, 1994.
— NOLAIS Jeanne, RIHOIT Catherine, Histoire de Jeanne transsexuelle, Mazarine, Paris, 1980.
— ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, CIM-10, Masson, Paris, 1997.
— ORWELL George, 1984, Gallimard, 1950.
— PETERS Julie Anne, La Face cachée de Luna, Milan, Toulouse, 2005.
— RAPAILLE Gilbert C., Laing, Éditions Universitaires, Paris, 1972.
— ROUGHGARDEN Joan, Evolution’s rainbow, University of California Press, Los Angeles, 2004.
— SIMON Sophie, Un Sujet de conversation, Stock, Paris, 2004.
— STOLLER Robert, Masculin ou féminin ?, PUF, Paris, 1989.
— VIVIANA Salomé, WINCKLER Martin, Les Droits des patients, Fleurus, Paris (à paraître en février 2007).
— WINCKLER Martin, La Maladie de Sachs, POL, Paris, 1997.
— WITTLE Stephen, The Transgender Debate, Garnet Publishing Limited, Reading, 2000.

Articles, dossiers et thèses
— BONIERBALE Mireille, « Questions face au transsexualisme », Synapse, n° 142, 1998.
— BRETON Jacques, Interview, Forensic, n° 14, 1996.
— CALANCA Aldo, « Le transsexuel après le changement », Helvetica Chirurgica Acta, n° 58.
— DANET François, ELCHARDUS Jean-Marc, « Le transsexualisme, un suicide généalogique », Forensic, n° 6, avril 2001.
— GANNE-DEVONEC Marie-Odile, Elle à lui, le transsexualisme au féminin, Thèse de médecine, Nancy, 1980.
— PERETTI Marie-Laure, « Le transsexuel, un corps en souffrance », Le Journal des psychologues, n° 167, mai 1999.
— SALAS Denis, « Devenir transsexuel : un voyage sans destination ? », Perspectives Psy, volume 36, n° 5, novembre 1997.
— ZHOU J. N., HOFMAN M. A., GOOREN L. J., SWAAB D. F., « A Sex Difference in the Human Brain and its Relation to Transsexuality », Nature, 1995.
DIXIÈME MUSE (La), « État d’exception pour les Trans ? », n° 18, janvier-février 2006.
RECHERCHE (La), Hors-série - Sexes, n° 6, novembre 2001.

Site internet
www.martinwinckler.com (site personnel de Martin Winckler)

source éditeur : http://lecavalierbleu.com
 
Auteures de Changer de sexe, Identités transsexuelles

Entretien avec Lionel Labosse à LIRE en entier ICI

Au lieu de pleurnicher et de jouer la victimisation, les Trans doivent prendre toute leur place au sein de la communauté LGBT.

(...) Être Trans est simplement une façon d’être, incompatible avec une certaine norme sociale qui juge nécessaire de diviser la population en deux castes arbitrairement définies au regard de l’appareil génital. Ça n’est donc rien de pathologique. (...) Il y a de multiples façons de vivre son genre, de l’exprimer, de le décliner. Etre soi, c’est tout ce qui compte. Nous défendons la liberté de chacun(e) de se définir et de vivre comme il l’entend !

(...) En 2007, une Transgenre qui dispose d’un statut culturel, d’un statut social, d’un bon réseau social et amical, peut réussir sa transition assez facilement, c’est-à-dire sans contrôle psychiatrique, sans produit dangereux imposé, sans perdre son emploi, et - si elle désire se faire opérer - en bénéficiant à l’étranger (Munich, Bangkok et Chonburi sont actuellement les meilleures adresses) d’une vaginoplastie de qualité offrant une esthétique de qualité et permettant de conserver une capacité orgasmique. Pour les Trans démunies, c’est la descente aux enfers : contrôle psychiatrique humiliant, infantilisant et de longue durée, renoncement à sa liberté (c’est le psychiatre qui décide si vous êtes Trans ou non, si on vous donne des hormones ou non, si on vous opère ou non !), prescription de produits hormonaux dangereux, et pour finir castration effectuée en France, un pays où il n’existe aucune équipe spécialisée en vaginoplastie ! Nous allons sans doute choquer une partie de vos lecteurs (surtout les collègues de Stéphanie !) : si nous n’avions pas eu ces atouts sociaux, nous aurions trouvé plus conformes à notre dignité humaine de nous prostituer pour financer notre parcours que d’accepter de subir le moindre contrôle psychiatrique et les monstrueuses castrations à la française ! (...)

(...) Notre ouvrage n’est pas un ouvrage « militant ». C’est un état des lieux et une présentation la plus objective possible de ce qu’est vraiment la trans-identité. Nous avons justement voulu éviter d’avancer des idées que nous considérons comme justes mais qui sont des objectifs à plus long terme (pour tout le monde, et pas uniquement les Trans ; car en quoi l’État devrait-il mentionner sur les papiers le type de gonades que les individus ont sous leurs vêtements ?). L’urgence, surtout pour les Trans en difficulté sociale, c’est d’obtenir sur simple demande des papiers d’identité qui ne violent pas leur droit à la vie privée en les « outant » (L’outing consiste à révéler, contre la volonté de la personne concernée, sa sexualité ou son genre). Pour permettre à chacun(e) de voir sa privée respectée, pour accéder plus facilement à un emploi, et pour avoir des droits égaux à ceux de tout autre citoyen(ne). Et aussi pour pouvoir exercer ses droits de citoyennes.

(...) Au lieu de pleurnicher et de jouer la victimisation, les Trans doivent prendre toute leur place au sein de la communauté LGBT. Alors, et alors seulement, s’il y a encore quelques gays pas nets, on règlera publiquement le problème (nous songeons aux propos inacceptables d’un responsable gay connu justifiant le suivi psychiatrique des Trans ! Nous lui conseillons de revoir sa copie au plus vite !).

(...) Aucun responsable [politique] national, à ce jour (se préoccupe des Trans], à notre connaissance ! Comme nous sommes quelques dizaines de milliers d’abstentionnistes obligées, ils s’en moquent ! La dignité humaine, ça n’a pas trop l’air de les préoccuper, hormis quelques élus locaux et régionaux qui commencent à réagir...

(...) Le temps de la résignation est passé et nous allons systématiquement engager des campagnes publiques et des procédures judiciaires à chaque discrimination avérée, à chaque abus de pouvoir, à chaque refus de respecter notre vie privée... Et qu’on ne vienne pas pleurer ensuite à une judiciarisation à l’anglo-saxonne !

(...) Le problème n’est pas tant de faire bouger les mentalités que d’amener les élites retardataires (gouvernements, élus, magistrats, corps médical...) à s’aligner sur le bon sens de M. et Mme tout le monde : accepter tranquillement ce que nous sommes !

Nancy, le 24 janvier 2007
Entretien à LIRE en entier ICI


Alexandra Augst-Merelle & Stéphanie Nicot
Pour en savoir plus et contacter Alexandra et Stéphanie, voir le site de Trans Aide, ou appeler sur le mobile de l’association : 06 25 40 59 21.

source : Trans Aide 
 
LIRE AUSSI >  [France] Nancy : une transgenre obtient son inscription sur les listes électorales (décembre 2009)
 

[LIVRES] TRANSIDENTITE - "La sexualité des personnes Trans est d’une immense diversité et d’une immense richesse. Je n’en montre qu’une toute petite facette mais elle est déjà très différente des stéréotypes véhiculés. Cette exposition est nécessaire pour lutter efficacement contre les habituels clichés de la femme trans portés par le discours dominant." Julie Mazens, auteure d'une "petite romance" intitulé "Mojito Mélo". Elle raconte l’éveil et l’émancipation par le trouble, le sentiment et l’émotion, un méli-mélo qui se joue de l’archétype de la femme transsexuelle et de certains stéréotypes associés à la féminité.

TXY a interviewé Julie*. Extraits.
 
"Les personnes trans ont droit aux sentiments, à l’amour et à une sexualité épanouie, comme tout être humain. Je pense que c’est le message le plus important à retenir de cette histoire (...)

"C’est une forme efficace de militantisme que de publier des narrations authentiques de nos vies de personnes trans, de nous re-approprier nos histoires et de ne pas laisser des espaces à des tiers et encore moins au discours dominant pour nous invisibiliser et nous stéréotyper."

Julie commence l’écriture d’un roman. Vous aurez quelques extraits prochainement sur son blog (http://www.killbill.fr/) et a un "projet bien avancé pour un livre de contes pour "revisiter certaines histoires à la moulinette de la déconstruction du discours dominant" en s'inspirant aussi fortement des histoires de Baba Yaga mais aussi de la magie blanche avec des fées et des lutins et aborde, outre de la transidentité, des thèmes de manière plus générale : l’émancipation, la liberté, l’épanouissement à être soi, le sentiment d’injustice, le deuil, le lâcher-prise, l’égo, la féminité, … (quelques extraits sur son blog (http://www.killbill.fr/tagged/contes).

Elle cherche une illustratrice, l’appel est lancé !

* L'interview de Julie est à lire ICI > http://www.txy.fr/blog/2015/01/19/mojito-melo-linterview/ janvier 2015)


POUR ALLER PLUS LOIN...








 


 

Commenter cet article