Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

De la réalité à la téléréalité...

(la lettre des différences du vendredi 29 juin 2007)


sommaire

[les dits tôts de caphi] De la réalité à la téléréalité...

[éducation] Discriminations à l'école : bientôt une priorité politique ?

[paillettes] Une Brésilienne élue «Miss transsexuelle internationale»

[tévé] Erwan, candidat trans de la télé-réalité, dévoile son «Secret»

> interview >  Erwan : "les gens comme moi ne sont pas des pervers, nous voulons juste exister..."

> blogosphère > Erwan raconte son parcours sur son Skyblog

[ciné] Les fondamentalistes américains contre le film SHREK accusé de "pervers".

[les dits tôts de caphi]
De la réalité à la téléréalité...

On peut être sceptique sur le fait d'exposer ses problèmes à des millions de téléspectateurs qui ne considèrent la lucarne pas toujours comme une porte "ouverte" sur le monde mais surtout un manière d'exposer ses égos ou d'apporter aux téléphages de l'émotion à moindre coût pour un maximum de revenus au profit de ces chaînes commerciales.

Ce que l'on ne peut nier, c'est que la télévision est aussi, pour certain(e)s, le dernier recours pour se faire entendre après "avoir tout essayé", le juridique, le social, le politique, les manifestations collectives ou les initiatives personnelles, voire le suicide.

Donc, malgré les effets quelquefois dévastateurs de la télévision sur des âmes fragiles ou intolérantes, on ne peut jeter la pierre sur celles-ceux qui tentent de se faire entendre en participant à des émissions plus ou moins sérieuses et éducatives pour obtenir ce qu'ils désirent au plus profond d'eux-mêmes.

 

Tel est le cas d'Erwan, le jeune transsexuel de la nouvelle émission de téléréalité, "Secret Story" sur TF1 à propos duquel plusieurs articles ici lui sont consacrés.

 

Si les effets secondaires ne sont pas encore connus pour ce candidat courageux qui a décidé de révéler son secret à des millions de voyeurs, il faut reconnaître que son cas peut amener les médias et ensuite, les pouvoirs publics, à s'intéresser aux problèmes complexes des transsexuel(les) qui n'ont pas aujourd'hui, particulièrement en France, l'attention que requièrent leurs situations quelquefois très difficiles.


caphi

 
 


[éducation] Discriminations à l'école : bientôt une priorité politique ?
L'Inter-LGBT a été reçue ce mercredi au ministère de l'Éducation nationale. Au programme, la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre et la sensibilisation à la diversité des sexualités.

Reçue le 27 juin au ministère de l'Education, l'Inter-LGBT était représentée par Alain Piriou,son porte-parole, Philippe Castel, délégué à l'éducation et représentant de la FSU, et S... [souhaitant aujourd'hui restée anonyme], présidente du MAG. Côté ministère, le directeur de cabinet du Ministre, son chef de cabinet et son conseiller chargé de la prospective ont reçu les délégués LGBT.

L'Inter a fait état des blocages concernant le traitement par l'Éducation nationale de la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre, et la sensibilisation à la diversité des sexualités.
Les associations ont regretté le peu d'ampleur des actions menées, et l'inefficacité des rares instructions ministérielles.

Au chapitre des revendications, les délégués ont demandé que la ligne Azur (ligne d'écoute à destination des jeunes s'interrogeant sur la sexualité) soit enfin affichée dans les collèges et les lycées, que les personnels aient accès à une formation sur la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre, que les interventions d'associations en milieu scolaire soit reconnues et facilitées et que des études sur le mal être des jeunes, sur la sur-suicidalité des jeunes LGBT et sur la violence discriminatoire soient menées par le ministère.

Sur ces points, l'Inter estime que des progrès ont été enregistrés. "Ces premières orientations sont de bonnes pistes de travail, fait valoir l'Inter-LGBT, qui espère que, cette fois-ci, elles donneront lieu à concrétisation dans des délais brefs".

Mis en ligne le 28/06/07
http://www.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/misc?url=/misc/zoom.pbs&Site=CP&Date=20070627&Category=CPINSOLITE&ArtNo=706270306&Ref=AR&Profile=5406&show=CPINSOLITE&sectioncat=CPINSOLITE&cr=Photo AFP&relart=/apps/pbcs.dll/article?AID=/20070627/CPINSOLITE/706270306/5406/CPINSOLITE

La Brésilienne Cristini Couto a été élue «Miss transsexuelle internationale».
Photo AFP

[paillettes] Une Brésilienne élue «Miss transsexuelle internationale»


Les transsexuels espagnols ont élu leur première «Miss internationale», la Brésilienne Cristini Couto, dans un pays à l'avant-garde en matière de lois en faveur des transsexuels et homosexuels.

Bikini, tenue décontractée puis robe de soirée. Sur de la musique techno-latino, les dix candidates effectuent tous les défilés de rigueur.

Une nuance... à l'ouverture du concours, la candidate numéro 1, en tenue de cabaret, ose les seins nus.

«Le niveau est très élevé, elles sont toutes très belles», affirme Carla Antonelli, coordinatrice de la section des transsexuels du parti socialiste espagnol et co-organisatrice de l'événement.

Maigres, rondes, brunes ou blondes platines, les candidates viennent de plusieurs pays: Espagne, Venezuela, Brésil... Elles sont désignées par des numéros et se font appeler par leur nom de scène.

L'événement, premier du genre organisé en Espagne, est présenté par «Deborah Ombres» («celle qui dévore les hommes» en espagnol, ndlr), célèbre transsexuelle espagnole, présentatrice de télévision à ses heures.

Moment phare de la soirée, organisée dans une salle du parc du Retiro, au coeur de la capitale, les trois chansons interprétées par Dana international, chanteuse pop israélienne et transsexuelle qui avait remporté en 1998 le concours Eurovision de la chanson avec la chansonDiva.

Peu à peu l'ambiance monte dans le public. Un groupe de Vénézueliens crie pour la numéro 10. Sharon, transsexuelle Équatorienne qui n'a pas été sélectionnée pour la finale est déçue par l'organisation: «ils n'interrogent pas les candidates».

Après un quart d'heures de délibération, le jury rend son verdict. C'est la numéro 1, la Brésilienne Cristini Couto, qui est élue. Émue et souriante, elle reçoit l'écharpe et une couronne à paillettes.

«C'est la plus belle soirée de ma vie, je suis très reconnaissante», confie à l'AFP, dans le plus pur style des Miss, Cristini, 23 ans.

Comme pour tout concours de beauté, «on leur demande juste d'être belles, pas intelligentes», plaisantait avant le début de concours la chanteuse Alaska, star de la Movida madrilène, connue pour ses cheveux orange.

Mais plus qu'une fête, ce concours «est une excellente vitrine, pour que tout le monde voie que les transsexuels sont des personnes comme les autres», souligne la chanteuse espagnole, membre d'honneur du jury de «Miss transsexuelle internationale».

Organisé à quatre jours du défilé de l'Europride, à laquelle les organisateurs attendent à Madrid 2,5 millions de personnes, ce concours est aussi le moment de rappeler qu'il reste «encore beaucoup à faire» pour l'intégration des transsexuels, explique Carla Antonelli.

L'Espagne fait pourtant figure de pionnière en la matière. Elle est devenue en juillet 2005 l'un des rares pays à autoriser le mariage entre homosexuels, leur permettant aussi d'adopter des enfants.

Et depuis mars dernier, les transsexuels peuvent changer civilement de sexe et d'identité sans passer par une opération chirurgicale préalable.

«Malgré les lois, les mentalités sont en retard en Espagne. Les gens restent très homophobes, comme s'ils étaient encore ancrés dans les années 80», affirme Satine, travesti madrilène de 37 ans.

À l'élection de Miss transsexuelle, c'est surtout une autre mesure, toute récente, qui semble surtout émouvoir les filles: «à partir de l'an prochain, les transsexuels pourront se présenter au concours de Miss et Mister Espagne», se réjouit Satine.

Virginie Grognou, Agence France-Presse, Madrid, mercredi 27 juin 2007

lire aussi >
Madrid, refuge pour les jeunes homosexuels latino-américains >
http://www.cyberpresse.ca/article/20070627/CPINSOLITE/706270306/5406/CPINSOLITE


[tévé]
Erwan, candidat trans de la télé-réalité, dévoile son «Secret»
par Xavier Héraud, Paul Parant, tetu.com, 29-06-2007
 
 

On se souviendra sans doute d'Erwan, trans female to male pré-op, comme du premier candidat transgenre de la télé-réalité française, et comme le témoin trans le plus exposé médiatiquement: cinq millions de spectateurs ont vu le premier «prime» de Secret Story, dont la suite sera diffusée ce vendredi à 22h40 sur TF1. Dans l'hebdo VSD daté du mercredi 27 juin, Erwan raconte pourtant: «Être sous le feu des projecteurs, je m'en fous. Si je le fais, c'est pour payer mes opérations [soit 81 000 euros], mais pas seulement.» Il précise qu'il suit un traitement hormonal à base de testostérone et qu'il espère se faire opérer pour son vingtième anniversaire. Il espère que l'émission sera utile: «La mentalité des gens, ce n'est pas moi qui vais la changer. Mais si je pouvais ouvrir leur esprit, ce serait déjà énorme. Les gens comme moi ne sont pas des pervers, nous voulons juste exister et être heureux.» Erwan lance aussi un appel aux médias: «Je ne veux pas que les magazines rapportent que j'ai décidé d'être un garçon ou que je suis une fille. Je n'ai pas choisi, je suis un garçon, point.» Dont acte.
Quant à la réaction du milieu transsexuel à cette émission, elle est plutôt mitigée. «C'est toujours positif, et louable, qu'une personne aille ainsi au feu médiatique, explique à Têtu Vincent Hesay, militant de la cause trans. Sur les forums dédiés, on a suivi les interventions de ce candidat qui nous demandait s'il devait y aller, et on était très surpris qu'il le fasse finalement. Je ne lui jette donc pas la pierre, mais je le trouve bien ambitieux d'aller dire "je suis normal" dans une émission qui est tout sauf "normale"! Son discours n'est pas politique et il a tendance à trop simplifier ses problèmes. Et puis, une fois de plus, les transsexuels sont traités sur l'angle du "secret" qu'ils cachent, antinomique pour moi à la fierté d'être trans… Je suis donc sceptique sur la possibilité que ça change les choses.»

Photo TF1

http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11564

voir aussi sur le site de l'émission > Erwan s'explique...

http://secret-story.tf1.fr/secret-story/videos/videos-jour/0,,3476788,00-erwan-explique-.html

> interview > Erwan : "les gens comme moi ne sont pas des pervers, nous voulons juste exister..."

Erwan, candidat de Secret story, est déjà donné favori du jeu d'Endemol sur TF1. Sa participation n'a pas pour but d'accéder au vedettariat mais de pouvoir financer sa future opération pour devenir un homme.

Julie Gardett a interrogé Erwan pour VSD. "Etre sous le feu des projecteurs, je m'en fous. Si je le fais, c'est pour payer mes opérations, mais pas seulement." Et d'expliquer que cela coûte plus de 80.000 euros pour 4 opérations. "La mentalité des gens, ce n'est pas moi qui vais la changer. Mais si je pouvais ouvrir leur esprit, ce serait déjà énorme". "Les gens comme moi ne sont pas des pervers, nous voulons juste exister et être heureux." Son but est aussi de montrer aux gens comme lui qu'il y a une issue, que la vie a un sens.

A son grand regret, Erwan dit ne plus voir sa famille. Une lettre a été envoyé par Erwan à sa famille pour expliquer son but. "J'espère qu'elle me comprendra". Seul contact, sa mère.

Ce qu'Erwan craint  le plus, les réactions à l'extérieur de la maison. La peur que els gens préfèrent écouter les médias plutôt que d el'écouter. "Mon message de tolérance serait foutu. Je ne veux pas que les magas rapportent que j'ai décidé d'être un garçon ou que je suis une fille. Je n'ai pas choisi, je suis un garçon, point".

Interview complète à découvrir dans VSD sorti ce mercredi.
> blogosphère >

Erwan, le transexuel de Secret Story,
 raconte son parcours sur son Skyblog

25/06/2007

 

Erwan, un des candidats du jeu Secret Story, qui est transgenre, possède un Skyblog dans lequel il parle de son parcours. Le blog a été commencé début novembre 2006, et le dernier billet date du 7 juin dernier.

"C'est à l'âge de 7 ans que j'ai réalisé qu'il y avait un problème entre l'image que les gens se faisaient de moi et la mienne.... c'est un petit garçon qui est venu vers moi en me demandant si j'étais une fille ou un garçon... j'ai répondu que j'étais un garçon, il est carrément allé voir ma mère pour lui demander et c'est quand ma mère est venu me voir en me disant que j'étais une fille que le monde bascula autour de moi et créa une faille immense sur l'image que je me portais..."
raconte-t-il dans un de ses premiers posts.
  

Dans un autre billet, il explique la réaction de la directrice de son nouveau lycée : "Cette année je suis entré dans un nouveau bahut ... Mais cette fois j'y suis allé en tant que Erwan (pour la rencontre avec la directrice), et puis une fois dans son bureau, je lui ai expliqué ma situation, j'ai été époustouflé de sa réaction (que je ne m'attendais pas aussi positive), elle m'a dit que peu importais les papiers, j'étais Erwan un point c'est tout !"

Il raconte ses rendez-vous avec le médecin, le psychologue, l'endocrinologue, les injections de testostérone... Il
évoque aussi la souffrance qu'il ressent quand on le considère comme une fille : "Une chose qui m'a énervé à un point inimaginable, c'était un interne de l'hôpital qui m'a appelé AVEC LE PRÉNOM CIVIL ET EN DISANT MADEMOISELLE !!!!!!! j'ai cru que j'allais hurler, mais je lui ais dit ma façon de pensé une fois rentré dans le bureau de consultation...."

Il propose un lien vers
la vidéo, sur Dailymotion de son témoignage dans "Toute une histoire", l'émission animée par Jean-Luc Delarue sur France 2.

Erwan
revient aussi sur le "temps perdu" : "Je pense aussi a toutes les années que j'ai perdues: mon enfance, adolescence ainsi qu'une entrée "normale" dans la vie adulte... ses années que je ne pourrai jamais rattraper ! C'est tellement injuste ! tant de temps perdu pour avoir ce que tout le monde a déjà d'une manière normale : son identité ! Ça me fais mal d'y penser mais je ne peux m'en empêcher... C'est trop dur ! Je veux que se soit vite fini !!!!!!!!!!!!"

Un blog utile pour celles et ceux qui, au-delà du divertissement télévisuel, veulent mieux comprendre le parcours d'Erwan et, à travers son exemple, ceux des personnes transgenre.

 

source : www.asbfrance.org

[ciné] Les fondamentalistes américains contre le film SHREK accusé de "pervers"
Alors que le 3eme opus vient de sortir sur les écrans français, le long métrage d'animation "Shrek 2" est l'un des derniers films en date à être la cible des chrétiens fondamentalistes américains, qui s'en prennent à son soi-disant contenu homosexuel latent. Rappel.
 
Jésus VS Shrek 2
 
Presse Canadienne | Le 25 février 2005
Sur son site Internet, l'organisation traditionaliste "Traditional Values Coalition" prévient les parents que le film-vedette de DreamWorks cache des messages sur les travestis et personnes dites transsexuelles.

"Shrek 2 est présenté comme un inoffensif divertissement, mais il contient des messages sexuels subtils", soutient cette organisation, qui se présente comme un groupe de pression pluri-confessionnel regroupant plus de 43.000 églises. Les parents qui pensent emmener leurs enfants voir ce film devraient tenir compte des éléments suivants, affirme-t-elle encore.
L'article décrit ensuite l'un des personnages, un "méchant" barman en voie d'être transformé en femme qui exprime un désir sexuel pour le Prince Charmant.
Dans une autre scène, Pinocchio est appelé à sauver le personnage principal, Shrek, et l'âne (Donkey) du donjon où ils sont emprisonnés. Pour faire allonger le nez du garçon de bois, nez qui deviendra une passerelle permettant aux deux prisonniers de prendre la fuite, on l'amène à mentir en lui demandant s'il porte des sous-vêtements de femme.
 
Le rapport de la coalition reproche à DreamWorks de promouvoir le travestissement et la transsexualité.
 
L'attaque contre "Shrek' fait suite à une série d'autres cas de personnages de films d'animation accusés d'introduire subrepticement dans l'esprit des petits Américains des messages pro-gay au détriment des valeurs familiales traditionnelles.
 
 
autres sources : ici et .
 
 

Commenter cet article