Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

Au Québec, André est devenue Andrée à l'âge de 46 ans tandis que Roland, aussi père de famille installé(e) dans la Sarthe (France) est devenue Sophie à 57 ans.
Deux exemples de "transition" pour des transsexuelles MtF (homme vers femme) à la cinquantaine. Portraits et reportage vidéo (sur TF1 le 3 janvier 2010).


Nés dans le mauvais corps
Toute sa vie, il a habité un corps qui ne lui appartenait pas. À huit ans, il rêvait déjà de porter jupes et chaussures à talons hauts. Pourtant, le miroir lui renvoyait inlassablement la même image : celle d'un homme, prisonnier de son corps, malheureux comme les pierres. C'est ainsi qu'à l'âge de 46 ans, André Landry s'est libéré de son cocon afin d'assumer pleinement sa transsexualité.

par Isabelle Desmarais, Journal La Revue (Québec), 20 octobre 2009

Né dans le mauvais corps Il n'était encore qu'un gamin qu'André Landry vivait déjà un malaise. «C'était plus fort que moi, chaque fois que j'avais la moindre petite occasion de porter du linge féminin, les vêtements de ma mère ou de mes sœurs, je le faisais. En cachette, parce que si mes frères l'avaient su, je me serais fait lapider. Je savais que quelque chose clochait, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Ce désir de m'habiller en femme, de me maquiller, de me croiser les jambes ne s'est jamais dissipé», raconte Andrée Landry, résidante de Terrebonne.

Plus rien à perdre

Pour définir la transsexualité, on dit souvent que les individus concernés sont nés dans le mauvais corps. C'est ce qu'on appelle la dysphorie de genre. Celle-ci peut se traduire par un tiraillement perpétuel entre le sexe biologique et l'identité de genre et ne concerne en rien l'orientation sexuelle de l'individu. «Je ne me suis jamais sentie un homme. Pourtant, j'ai tout fait pour le cacher, et les gens ne pouvaient pas s'en douter une seconde. J'étais très sportif, je travaillais dans la construction, en ébénisterie, j'avais une moustache, tu vois le genre... Je vivais avec ma conjointe et on a eu un enfant ensemble. Je portais un gros masque, en fait. J'étais prisonnier d'un secret que je ne pouvais pas dévoiler. Je ne savais pas ce que j'avais, mais j'étais pris d'un mal de vivre.»

Si la plupart des transsexuels, hommes et femmes, sont aux prises avec de grandes souffrances, Andrée Landry peut en témoigner. Il y a trois ans, elle est arrivée au point dans sa vie où elle devait impérativement sortir du placard et sauter dans le vide, sans quoi elle aurait mis un terme à son désespoir. «Il devait se passer quelque chose, sinon c'était la dernière année que je vivais. Je n'avais plus rien à perdre, je ne voyais pas d'issue. Je voulais juste mourir», confie-t-elle.

Une femme complète

En septembre 2006, à l'âge de 46 ans, André Landry s'est mis à nu et est devenu Andrée Landry. Elle se sent aujourd'hui libérée, et les mots lui manquent pour décrire son bien-être : «Je suis vraie, je suis moi-même, je m'aime d'un amour inconditionnel. Rien de m'aurait empêché de me dévoiler au grand jour.»

La démarche que poursuit Andrée Landry pour subir sa transformation s'avère complexe. De nombreux suivis en psychologie s'imposent. Puis, la transformation exige certains traitements qui peuvent devenir incommodants sur le plan physique. C'est le cas de l'hormonothérapie, soit la prise d'œstrogène prescrite à fortes doses. Le traitement a pour effet de diminuer certains caractères morphologiques masculins au profit de marques féminines, comme les seins. «Dans mon cas, ça aurait pu être fatal. Je prenais neuf fois la dose prescrite aux femmes ménopausées, ce qui a engendré une embolie pulmonaire. J'ai été très malade», souligne-t-elle.

La maladie a eu pour effet, entre autres, de ralentir les démarches de Mme Landry pour subir la vaginoplastie, dite «la grande opération». Si les médecins travaillent à minimiser les dangers de l'opération, cette dernière doit avoir lieu coûte que coûte pour la Terrebonnienne : «Il faut qu'il y ait une solution. Cette opération, c'est l'aboutissement de toute ma vie, ma raison d'être. Je m'étais dit qu'à 50 ans, je serais une femme complète.»

lien de l'article : www.larevue.qc.ca/actualites_ne-dans-mauvais-corps-n17040.php


FRANCE
À La Flèche, Roland, devenu Sophie, à « 7 à 8 », sur TF1

À 57 ans, Roland Ploquin est devenu Sophie Ploquin. Président de la Pétanque fléchoise pendant 27 ans, le président a démissionné et s’est fait réélire présidente. Nous avions relaté son histoire fin octobre.

source : Ouest-france, 1er décembre 2009

Depuis l’adolescence, cet alter ego féminin l’habitait. Sophie, père et grand-père, retraitée, divorcée, a choisi de l’assumer au grand jour. Suivie par un psychiatre manceau et par un endocrinologue, Sophie suit un traitement hormonal depuis 2008. En 2010, elle subira une opération esthétique faciale. Avant, peut-être, si ses moyens et son cœur le lui permettent ,une opération pour changer de sexe.

Depuis cet après-midi, une équipe de l’émission « 7 à 8 » tourne un reportage sur la nouvelle vie de Sophie. Au boulodrome. Avec l’un ses trois grands garçons et ses petits-enfants.

« J’étais suprise quand TF1 m’a appelée, raconte Sophie. Je croyais que c’était un canular. Et en fait non. Je pense que le reportage va permettre de faire voir à d’autres personnes malheureuses moi qu’on peut vivre comme tout le monde, que rien ne change à part le physique. Je suis bien intégrée en tant que présidente de l’association. J’espère que ce reportage va pouvoir m’aider auprès de ma famille. »

lien de l'article : www.ouest-france.fr/ofdernmin_-a-La-Fleche-Roland-devenu-Sophie-a-7-a-8-sur-TF1_-1174835_actu.Htm

Diffusion de
"Sophie Alias Roland" à l'émission Sept à huit sur TF1 le 3 janvier 2010 - A 57 ans, le président du club de pétanques d'un village de la Sarthe a annoncé, en octobre dernier, qu'il ne faudrait plus l'appeler Sophie mais Roland -> (re)VOIR  le reportage (13 minutes)

revue de presse
Faire corps avec soi-même, enfin
À 41 ans, Vic, éducateur en milieu rural, est un homme comblé. Un homme qui eut longtemps l’apparence d’une femme et découvrit sur le tard ce dont il souffrait : le transsexualisme. « Et toi, pourquoi tu n’as pas fait ton service militaire ? » À la sortie d’un concert, la question est posée à Vic, 41 ans. « Parce que j’étais une femme. » La réponse sidère doublement. Insoupçonnable quand on regarde Vic, au bouc et à la silhouette on ne peut plus virils, cette ancienne identité s’affiche là en toute franchise. L’honnêteté est plus militante que revendicative. « Je dois assumer pour montrer aux autres que la différence peut bien se vivre. » par Marion Dumand, Politis, mercredi 11 novembre 2009 (par abonnement)

[autres portraits sur ce blog]

comprendre
. Etre transsexuel-le
. Les hommes, les femmes et nous : transsexuel/les et transgenres 

pour aller plus loin
. Le troisième sexe dans le monde
. La transsexualité dans l'Histoire (jusqu'à aujourd'hui)

. [livres]
Changer de sexe - Identités transsexuelles - Les livres pour adolescents qui abordent la transsexualité -
Prospective sur la transsexualité
"Le matin des magiciennes", un roman qui explique la progression de la transsexualité dans le monde

Commenter cet article

http://www.medical-billing.com/blog/ 20/05/2014 14:44

Yeah. You are right. What a waste of talent. Talent alone cannot bring you success. Hard work really matters. This episode is a great example. Play as if you have everything to lose. Anyway, thanks a lot for sharing this inspiring article.

Chauveau 24/12/2010 21:19



"Sensibilisée" par votre témoignage, ainsi que de celui de votre plus jeune fils (si j'ai à peu près bien "suivi" vos conversations), à l'émission avec Sophie Davant passée assez récemment à
l'antenne de France2. Sensibilisée, oui, votre fils a bien "résumé", si j'ose employer ce terme, ce qui, à mon sens, fait partie des choses les plus importantes, le fait que vous êtes toujours "à
ses côtés". Et puis voilà, ses deux enfants paraissent si heureux lorsque vous vous "lâchez", comme on dit, et que vous shootez dans le ballon de foot, tout naturellement* (* naturel
dont vous pouvez être fière ! une fierté comme une autre, mais une fierté tout de même !!)


Bien cordialement, Mamy Sophie (comme vos petits-enfants vous appellent) !! LOL (moi aussi, je me suis lâchée, je vous ai écrit : Mamy Sophie !!)


Florence (43 ans et des brouettes -mois, pardon-, vie maritale, 1 fille âgée de près de 18 ans) Le Mans



chris 21/10/2009 06:28


"Je suis vraie, je suis moi-même, je m'aime d'un amour inconditionnel. Rien ne m'aurait empêchée de me dévoiler au grand jour": ces simples mots sont bouleversants et disent tout, disent
l'essentiel. Certes les souffrances ne manqueront pas, les épreuves augmenteront peut-être, mais on peut tout porter, quand on connaît cette vérité de soi, cette nudité d'être et cet amour de soi.
Merci pour ces quelques paroles qui disent plus que de longs traités.