Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la Webdromadaire

"Il y a des sottises bien habillées, comme il y a des sots très bien vétus" Nicolas de Chamfort

[le billet de caphi] Les transidentitaires français, des "sans-papiers" dans leur propre pays !

Une population oubliée, rejetée, voire bannie de la vie sociale, des individus qu'on a marginalisés, une population (estimée entre 50 000 et 60 000 personnes en France) encore mal comprise car mal étudiée - quand des médias "racoleurs" ne les traitent pas à travers des cas sociaux qui n'ont rien à voir avec la majorité d'entre elles/eux - qui ne cherchent qu'à s'insérer normalement, a été mise en lumière le 17 mai dernier à l'occasion de la Journée Mondiale contre l'homophobie, la lesbophobie et... la transphobie.

 

 Roselyne Bachelot, la ministre de la santé française et Bernard Kouchner, le ministre des affaires étrangères ont demandé, comme La France l'a fait en février dernier, que l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) - qui redéfinit prochainement les normes cliniques - "dépsychiatrise" à son tour les personnes transidentaires appelées malproprement "transsexuel(le)s" (lire plus bas).

 

 Pourtant, contrairement à celles d'autres pays européens (tel l'Espagne) et ailleurs dans le monde, la France ne s'est pas encore mise au diapason de l'évolution du droit des "minorités". Elle a pourtant été condamnée en 1992 par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour son attitude envers les transgenres et le Commissaire Européen en charge des Droits de l'Homme a récemment rappelé cette injustice dans une directive qui fait date.

 

 Leur situation pourraient être facilement réglée mais, en France tout particulièrement, cette situation anachronique perdure. Devant un employeur, des papiers en accord avec l'apparence vécue sont indispensables pour être pris(e)s au sérieux et ne pas être confondu(e)s avec des "travestis" avec qui on les assimile trop souvent, sans parler du rejet  et des violences dont elles-ils sont victimes de la part de disciples religieux fondamentalistes.

 

En France, cette incongruité administrative ne permet donc pas aux personnes transidentitaires non opéré(e)s d'obtenir les documents adéquats - et dans un délai raisonnable - ce qui leur permettraient pourtant, au minimum, une meilleure "reconnaissance sociale" et donc une meilleure insertion.

Nous espérons, sans lui donner un blanc-seing, que les nouvelles déclarations de la ministre de la santé - obtenir des documents adéquates sans passer obligatoirement par le bistouri - soient suivies rapidement d'effet. Et pour cause : les transidentitaires français sont encore aujourd'hui des "sans-papiers" dans leur propre pays.

Caphi, 21 mai 2010

> lire plus bas "De la diversité..." (écrit ici il y a un an, le 19 avril 2009. Peu de changements depuis, sinon des intentions...)

 
> "Refusons la transphobie, respectons l'identité de genre !" (l'APPEL paru dans le journal "Le Monde") sur mon blog "Différences", REFERENCE FRANCOPHONE sur la TRANSIDENTITE et l'INTERSEXUATION
 
* Débats, expositions, projections, concerts et réunions marquent la 6e Journée mondiale contre l'homophobie, axée cette année sur les liens entre cette question et les religions (lire ma page RV)
Un colloque avec des représentants des grands cultes et des associations gay s'est tenu le lundi 17 mai 2010 à l'Assemblée nationale.
SANY0453.JPG  Colloque ""Religions, Homophobie, Transphobie"  à l'Assemblée Nationale (Paris 7e)  le 17 mai 2010 - photo caphi
A cette occasion, le LIVRE noir gris blanc de l'homophobie religieuse a été présenté.
 
[actu] La France lance un appel à l'OMS sur le transsexualisme 
 
La France a annoncé lundi 17 mai 2010 son intention de demander à l'Organisation mondiale de la santé de retirer le transsexualisme de la liste des maladies mentales, comme l'OMS l'avait fait pour l'homosexualité en 1990. Les ministères de la Santé et des Affaires étrangères ont écrit un message en ce sens à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie. "La lutte contre les violations des droits de l'Homme fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre est l'un des axes de la politique de la France en matière de droits de l'Homme", écrivent-ils. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, et Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, "ont décidé de travailler ensemble pour porter cette question devant l'Organisation mondiale de la Santé", ajoute-t-on. Le Comité Idaho (International day against homophobia and trans), coordinateur de la Journée de lutte contre l'homophobie, salue dans un communiqué une "annonce historique, qui invite le monde entier à changer son regard sur la transidentité".
 
réflexion : rappel de ce que j'écrivais ici il y a un peu plus d'un an, le 19 avril 2009 : depuis, peu de changements à part des intentions...
[le coup de gueule de caphi] De la diversité
La diversité, c'est bien. Mais la diversité ne se limite pourtant pas seulement à la couleur de peau.
 
Il y a d'autres "minorités visibles" en France qui ne sont pas du tout représentées. Ou très mal : seulement dans des émissions de téléréalité ou dans les reportages sur les faits divers.

Cette "minorité visible" est pourtant la grande oubliée des politiques. Les médias en font pourtant de "la chair fraîche" pour faire de l'audience au détriment d'une véritable information.
 
Aujourd'hui discriminée, encore psychiatrisée (en raison du manque d'étude sérieuse), cette population ne fait pas réellement partie des préoccupations des responsables politiques et médiatiques. Pourtant, la plupart de ces citoyen(ne)s, considéré(e)s comme de "seconde zone", souffrent d'ostracisme, de discriminations, voire de violence.
 
Quand parlerera t-on de cette diversité-là qu'on préfère ne pas voir, sinon dans les cabarets ou les bois périphériques mais qui permettent à certaines transsexuelles de survivre face à la précarité qu'on leur impose ?
 
Oui, les transsexuel(le)s sont aujourd'hui encore - tels ces "monstres" que l'on exhibaient dans des cirques au XIXe siècle pour faire frémir le badaud - des bêtes de foire médiatiques qu'on préfère parquer et ignorer du regard des bonnes gens.

Car, dans notre bonne vieille France estampillée "patrie des droits de l'homme" - au contraire d'autres pays européens - ces personnes souffrent plus du regard - et surtout des difficultés d'insertion sociale - que de leur problème d'identité appélé "transsexualisme".
 
Qui s'en soucie ?
 
Caphi

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 24 JUIN 2010 de l’Inter-LGBT

Audience avec la Présidence de la République : à quand la liberté et l’égalité réelles ?

Ce samedi 26 juin 2010 aura lieu la Marche des fiertés lesbiennes, gais, bi et trans où plus de 80 associations, syndicats, partis politiques et établissements commerciaux, une cinquantaine de chars, des centaines de bénévoles et plus d’un demi-million de personnes sont attendues. Cette année encore, à côté de son aspect festif, la Marche se devra d’être aussi revendicative. Le mot d’ordre défini avec toutes les associations est : « Violences, discriminations. ASSEZ ! Liberté et Égalité, partout et toujours ».

L’Inter-LGBT poursuit son engagement en faveur de l’égalité des droits pour les LGBT, et s’adresse à la société tout entière pour mieux faire connaître le vécu des lesbiennes, des transsexuel-le-s, des bi et des homosexuels pour obtenir l’égalité sociale.

Reçue à la présidence de la République ce mercredi 23 juin 2010, l ’Inter-LGBT a rappelé sa volonté de participer aux concertations et projets gouvernementaux. Avec pour feuille de route les engagements de Nicolas Sarkozy, elle a tenu à souligner qu’aucun vrai projet législatif n’a été ouvert par le gouvernement depuis 2007. L’Inter-LGBT attend du président de la République que ses prochaines décisions viennent lever les ambiguïtés et exige qu’il accélère les réformes...  > lire la suite

 ----------------------------------------------------------------------

Retrouvez aussi ma revue de presse, mes coups de gueule et de coeur ainsi que mon actualité sur mon Facebook | Caphi la Webdromadaire

Commenter cet article