Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

Le transsexualisme n'est plus considéré comme une maladie mentale en France, premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques." annonce Le Généraliste (12 février 2010), magazine en ligne des praticiens. "Un décret du ministère de la Santé paru le 10 février 2010 au JO supprime « les troubles précoces de l'identité de genre » d'un article du code de la Sécurité sociale relatif aux «affections psychiatriques de longue durée». Roselyne Bachelot s’y était engagé le 16 mai 2009, à la veille de la Gay Pride.".

Pour lire le décret, cliquez ici.   Lire plus bas ma revue de presse et de blogs avec les réactions choisies des associations, de trans', de psys et d'internautes.

Le site gay Têtu signale que c'est "u
ne avancée saluée par les associations" mais qu' «il reste encore beaucoup de choses en suspens sur cette question qui doivent être absolument traitées» (Philippe Castel, Inter LGBT), citant notamment «la question du changement d'état civil». «Actuellement, la France oblige à subir une opération chirurgicale qui implique une stérilisation pour passer de M. à Mme ou l'inverse sur les papiers d'identité alors que la moitié, environ, des transsexuels ne souhaitent pas changer physiquement de sexe», a précisé M. Castel. Le Comité IDAHO, qui «félicite» Mme Bachelot, entend poursuivre son combat pour que l'OMS retire également le transsexualisme du CIM 10.
LIRE en entier l'article de Têtu, 12 février 2010.


"France : Le transexualisme n'est officiellement plus une maladie relevant de la psychiatrie" titre le site HANDIMOBILITY qui précise : Il faut savoir que la France est le premier pays au monde à ne plus considérer le transsexualisme comme pathologie mentale par contre, il est toujours classé dans les maladies mentales par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)". (1er mars 2010)

"Il était temps. En qualité de psychanalyste, cela fait bien des années que je considérais l'abérration de ranger le transexualisme dans ces catégories diagnostiques. On devrait d'ailleurs parler de transexualismes au pluriel dans la mesure où les motivations pour changer de sexe sont variables d'un individu à un autre." [Hascha, 12.02.10] Une des réactions des abonnés du LeMonde.fr à la suite de l'article "Le transsexualisme n'est plus une maladie mentale en France"

Ci-dessous, un article dans TIME (magazine américain diffusé dans le monde) écrit par Gaëlle Faure : interview entre autres de Laure Laudet, trans' MtF de Nancy, Delphine Ravise-Jiard, trans' MTF et secrétaire de Trans AidGeorges-Louis Tin du comité IDAHO et de moi-même qu'on ne (re)présente plus...

NOTA : Pour celles et ceux qui ne comprennent pas l'anglais, vous pouvez faire une traduction avec Google Traduction > http://translate.google.fr
 
France Drops Transsexualism from List of Mental Disorders
In France, Transsexuals Celebrate a Small Victory
Transsexuals take part in the annual Gay Pride Parade in Paris - Ian Langsdon / EPA / Corbis
Several decades have passed since the West stopped considering homosexuality a mental illness. But for transsexuals, that kind of milestone has been elusive — until now. Last month, France became the first country in the world to remove transsexualism from its official list of mental disorders — a major victory when it comes to acceptance of this oft misunderstood condition. "I'm relieved. People might begin to look at us differently," says transsexual blogger Caphi (a blended name she's chosen to represent Philippe, the man she was born as, and Caroline, the woman she's transforming into). "It's a start."

But only a start, many transsexuals in France say. In practice, the declaration will do little to improve their legal or medical rights in the country. For example, transsexuals are still required to have a sex-change operation before they can change their gender in the eyes of the law. And to get the green light for surgery, they must still undergo extensive medical and psychiatric evaluations. "It's a symbolic victory," says Georges-Louis Tin, president of the Paris-based IDAHO committee, which fights homophobia and what it calls "transphobia," or discrimination against transsexuals. "Transsexuals are no longer mentally ill," he says. "They're normal citizens. But we haven't yet reached the point where they're allowed to make their own decisions instead of depending on doctors and psychiatrists." (See "The Year in Health 2009: From A to Z.")

Some transsexuals say the country's open-minded Health Minister, Roselyne Bachelot, removed transsexualism from the list of mental disorders because it was an outdated classification and because she wanted to acknowledge the work transsexuals have done to further their cause. But others see a potentially more troubling motive. Tin worries that politicians may be making allowances on this front to avoid engaging in debate on legalizing gay marriage or removing barriers to allowing gay adults to adopt. (See pictures of the gay-rights movement.)

Indeed, the French transsexual community doesn't exactly consider the country to be at the forefront of promoting the rights of sexual minorities. A just-released study commissioned by the Health Ministry, for example, paints a dreary picture of the treatment of transsexuals from a legal and medial standpoint. Sex-change surgeries and treatments are covered by the state — as in some other countries — but those who opt for surgery have little choice in selecting their doctor. Surgeons complain that they are poorly equipped to perform the complicated procedures and that few have received specialized training, according to the survey. And some even say they are ostracized by their colleagues if they perform such surgeries. For these reasons, many transsexuals choose to undergo the procedure — at their own cost — across the border in Belgium, home to some of the best sex-change specialists in the world.

Laure Laudet
, who is scheduled to have an operation in France to become a woman in the fall, has been so worried about French doctors' lack of expertise in the field that she's done much of her own research, particularly on which hormones she should take. "In the trans community, people have to find their own information, figure out who the good doctors are and negotiate their treatments," she says. Recently, she had to travel 250 miles (400 km) to visit with a second psychiatrist — not the one she's been seeing for two years — to sign off on her operation. At the last minute, she says, the psychiatrist canceled the appointment to travel abroad. "And then they're surprised that some people try to commit suicide or castrate themselves," she says. (See the top 10 news stories of 2009.)

But what advocacy groups find most egregious is that France, like many other countries, requires transsexuals to undergo surgery — and become sterilized — before they can receive identity cards and other official documents confirming their new gender. "If we refuse, we're basically undocumented," says Caphi. According to most advocates, about half of transgender people — a term many prefer, though the French state doesn't use it — have no desire to go under the knife, preferring instead to simply live their lives as a member of the opposite sex in their dress and behavior.

This will be the next big battleground. Spain and Great Britain have adopted more lenient stances, even though transsexualism is still technically on the books in both countries as a mental illness. Spain requires transsexuals only to undergo some form of hormonal treatment to modify their physical appearance before it will issue new documents, while the British simply ask applicants, with recommendations from their doctors, to promise to live out the rest of heir lives as their chosen sex. (See 10 things to do in Paris.)

In France, several members of the advocacy organization TransAide have unsuccessfully sued the state in recent years to try to obtain a legal sex change without an operation. They've since lodged appeals and intend to bring their cases before the European Human Rights Court if necessary. "We want to prove that sterilization is what's really at play here," says Delphine Ravise-Jiard, one of the plaintiffs. And the group's got friends at the European level. Thomas Hammarberg, the Council of Europe's commissioner for human rights, has been fighting to end the mandatory sterilization of transsexuals in the European Union, calling it a human-rights violation.

The tide may be turning. At least that's what IDAHO's president hopes. The French Health Ministry has already agreed to push other countries in the E.U. to drop transsexualism from their lists of mental disorders. And that, Tin says, is a start.

lien de l'article : www.time.com/time/world/article/0,8599,1968767,00.html


Encore une fois, c’est un acte hautement symbolique que nous attendions tous depuis très longtemps[mais] cette déclassification ne remet pas en cause ouvertement le système actuel. Elle ne le dénonce pas et ne propose pas d’alternative (...) et n’implique en rien une déclassification des manuels de références (DSM et CIM pour qui le transsexualisme reste une maladie mentale).
Cependant on peut prendre cette décision comme l’annonce d’une exception française. Et je crois également qu’on devrait la considérer comme le point de départ de discussions qui dépassent la juridiction de la Ministre de la Santé.
En signant ce décret, Mme Bachelot a peut-être ouvert la boîte de Pandore [et] nous fait franchir une première étape qui est de donner un poids à notre discours (qui n’est plus la parole d’êtres dénués de raison). Ce doit être pour nous un tremplin pour aller plus loin (une dépsychiatrisation effective de la transidentité reconnue par l’ordre des médecins) et ouvrir le débat dans d’autres Ministères (la Justice pour l’état-civil, pour l’accès à l’emploi, etc.).source : TransInTheCity.com, une tentative de guide à l'usage des femmes transgenres et transsexuelles
lien de l'article : http://actu.transinthecity.com/?infos-trans=declassification-depsychiatrisation 
 
[décryptage] Pourquoi ce décret ne va pas dans le sens d’un dépsychiatrisation de la transidentité ?
 
Parce que dans les faits, rien ne change : les trans’ restent considéré-e-s comme des personnes malades. Malades, donc à soigner, pas responsables ni capables d’effectuer des choix...

*** puisqu’il faudra toujours qu’un médecin établisse un diagnostic pour obtenir le droit à l’ALD 31

*** puisque la transidentité figure toujours dans le DSM IV (4ème édition du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) et la CIM 10 (Classification Internationale des Maladies, de l’Organisation Mondiale de la Santé), deux listes internationales des maladies mentales, qui restent de solides références pour les médecins en France comme ailleurs (il faut savoir que l’homosexualité a été retirée du DSM en 1973 !)

*** puisque la HAS (Haute Autorité pour la Santé) vient de rendre un rapport qui préconise un diagnotic et un suivi psychiatrique obligatoires ainsi qu’un test de vie réelle d’une durée d’un an et demi minimum aux personnes désirant transitionner (c’est-à-dire vivre dans le genre vers lequel on souhaite aller dans sa vie quotidienne AVANT d’avoir accès aux traitements hormonaux et opérations), ce qui fait du parcours trans’ une longue séries d’épreuves

Le Ministère de la Santé affirmait d’ailleurs que « cette déclassification ne veut pas dire absence de recours à la médecine, ni renonciation au diagnostic médical des troubles de l’identité de genre ou abandon du parcours de prise en charge ».

Et pourtant...

Les associations trans’ portent pourtant toute une séries de revendications, mais elles ne sont pas entendues. Y figurent par exemple :

* La dépathologisation de la transidentité et son retrait des listes internationales de maladies mentales (DSM IV et CIM 10) ;

La dépsychiatrisation effective de la transidentité parce qu’il est intolérable que les différentes étapes de la transition restent soumises au bon vouloir des psychiatres ;

La reconnaissance de la transphobie comme discrimination au même titre que le racisme ou l’homophobie, et par conséquent, la prise en compte de la transphobie par la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) ;

Un réel échange entre la HAS, le Ministère de la Santé, les personnes trans et les associations qui les représentent, pour que les trans, qui sont les premierEs concernéEs, soient enfin acteur-ice-s dans la révision du rapport sur la prise en charge de la transidentité en France ;

La suppression du recours aux expertises médicales, humiliantes et souvent vécues comme des viols, et ce y compris pour les personnes ayant été opérées à l’étranger ;

Un accès facilité au changement d’état civil, sans stérilisation forcée ;

L’arrêt des opérations sur les enfants dont la vie n’est pas en danger et des traitements de normalisation prescrits sans le consentement éclairé de l’enfant et/ou de l’adulte intersexué ;

Des études épidémiologiques sur la santé des personnes Trans, et en particulier sur la prévalence du VIH-Sida ;

* Des campagnes de prévention contre les IST en direction des personnes trans.

Voilà une bonne séries d’idées et d’actions à entreprendre si la France veut réellement aller vers une meilleure prise en compte des personnes trans’, et non pas seulement passer pour l’avant-garde en étant « le premier état à dépsychiatriser la transidentité » !

Sources / plus d’infos :

www.outrans.org/

http://chrysalidelyon.free.fr/

http://transidentite.fr/

(source : NUMERO ZERO !)

lire en entier : lien de la page : http://lenumerozero.lautre.net/article1927.html

COMPRENDRE

Trans et psychiatrie

. Psychiatrisation - Dépsychiatrisation, c'est quoi ? (Classification) - La demande des Trans' (novembre 2008) - Ce que réclament les transsexuel-le-s en France en 2009
. La Haute Autorité de Santé ouvre une consultation publique sur le transsexualisme et sa prise en charge médicale (avril 2009)
. Norme psychiatrique en vue / Nouvelle classification des troubles mentaux : Danger pour les LGBT (mai 2008) - Transphobie : les diagnostics psychiatriques jouent un rôle non négligeable .Oui, les conséquences des discours et des pratiques psychiatriques sur les personnes transgenres peuvent et doivent être dénoncées . Témoignage d'une transsexuelle : "Je souffre. Je souffre d’exister..." . Le parcours médical où la métamorphose pour être soi . L'auto nomination ou la réappropriation de notre identité . [réflexion] De la dépsychiatrisation du transsexualisme (par le Dr Guy Montebello, Neuro-Psychiatre)Chronologie et bibliographie représentative du transsexualisme et des pathologies de l'identité sexuelle de 1910 à 1998

Des images qui remplacent tous les commentaires et explications...
La solitude de la militante transsexuelle (17-05-2008,Paris) filmé par caphi
Pour illustrer l'indifférence vécue par les transsexuel(le)s, voir ce plan fixe de 2 minutes...

La solitude de la militante transsexuelle devant le Centre Georges Pompidou (Paris) le samedi 17 mai 2008 à l'occasion de la Journée Mondiale contre l'homophobie.
Plantée avec ses 2 petits pannneaux (trop) discrets, à côté des stands de la dizaine de militant(e)s de SOS HOMOPHOBIE, cette militante de l'Association du Syndrôme de Benjamin (
www.asbfrance.org ) force le respect.
Dans ce lieu pourtant très fréquenté, pendant près de 3 heures, à peine une dizaine de personnes - essentiellement des femmes - sont venues à sa rencontre !
Plan fixe de moins de 2 minutes révélateur de l'indifférence à l'égard des transsexuel(le)s...
caphi


Un commentaire intéressant sur le site du magazine féminin Elle, 15 Février 2010) : "Les transexuel(le)s sont souvent dépressif(ve)s, au vu de qu'ils ou elles se prennent dans les dents dans notre société, rien d'étonnant la dedans. Vivez donc avec la stigmatisation, tous les jours de votre vie, vous verrez si vous n'allez pas sombrer. Il n'y a pas de cause à effet entre la transexualité et la dépression. Les causes de la dépression, des trans en l'occurence, sont multiples et répondent souvent à des critères de violences, dù au regard des autres... Faire en sorte de retirer les trans des listes des maladies mentales est un grand pas vers une plus grande compréhension et permettra à long terme d'avoir un regard plus posé sur leurs vies, et les considéré(e)s à leur juste valeur. Quand à la réflexion sur le fait de certains veulent se faire soignés, c'est aussi pour éviter coûte que coûte de vivre en étant stigmatiser : si l'on ne peut pas être soigné de l'hétérosexualité, il en va de même concernant de l'homosexualité et toutes les questions liées au "genre" comme les trans. Vous qui semblez être des femmes, vous devriez tout de même être un peu plus au clair avec les questions liées au genre, au regard ce ce que l'histoire de nos sociétés vous a imposer pendant des siècles."


"Je crois que les médecins et autres personnes concernées subissent une forte pression pour qu'on accepte une origine génétique à la transsexualité, ou transgenre (TG). Celle-ci n'est pas démontrée. Quelle soit réelle ou pas, je pense que les TG perçoivent leur situation plus "fondée" si elle est génétique. D'ailleurs cela empèche des affirmations volontaristes comme: "vous n'avez qu'a vous adapter à votre corps". En effet c'est ignorer l'extraordinaire puissance de nos représentations. Une personnalité se construit par strates, par osmose, c'est par une chimie psy très complexe qu'on arrive à cette évidence: "j'ai un cerveau / âme / pensée / sensibilité...de femme dans mon corps d'homme". A ce stade plus aucun psy n'a les moyens de changer cette évidence. Qui d'ailleurs est bien réelle puisque les représentations sont bien réelles (comme pour tout le monde). A ce niveau, bases génétiques ou pas, la seule démarche qui amène un peu de repos à cette souffrance (actuellement) est la transformation du corps, aussi imparfait et presque inaceptable qu'elle soit."  (clownbleu, 15/02/2010) [Une réaction sur la page du site Franc-Maçon, hiram.be : "Transsexualité et Franc-Maçonnerie monogenre"]


"L'opération de changement de sexe ne constitue qu'un élément du transsexualisme ! Beaucoup de trans ne se font pas opérer, et en tout état de cause, ce n'est pas une opération qui se fait du jour au lendemain. Ce qui coûte cher, ce n'est pas l'opération, ce sont les traitements hormonaux, et évidemment le suivi psychologique : même si ce n'est pas une maladie, vivre son transsexualisme est difficile et nécessite souvent une aide psychologique parce que la société n'arrête pas de venir les emmerder. Le pire, dans le transsexualisme, c'est la société !" (remy2, 14 février) [Réactions d'un internaute à l'article "Le transsexualisme n'est plus une maladie mentale" dans Libération]

pour aller plus loin
. Etre transsexuel-le
. Les hommes, les femmes et nous : transsexuel/les et transgenres 
.
Le troisième sexe dans le monde


RAPPEL

La transsexualité ne sera plus considérée comme une affection psychiatrique en France , avait déclaré le 16 mai 2009 le ministère de la Santé.
Cette classification découlait de celle de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elle était aussi liée au fait que la transsexualité figurait sur la liste des pathologies recensées dans le manuel médical DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) auquel se réfère le corps médical, tout comme l'était l'homosexualité il y quelques années. La France devient "le premier pays au monde" à "supprimer la transidentité de la liste des maladies mentales", avait commenté le Comité IDAHO (International Day Against Homophobia and  Transphobia). Cette "décision historique" est aussi "une explosion d'espoir pour toutes les personnes trans du monde", avait estimé Joël Bedos, secrétaire général du Comité. Trois associations de lutte contre l'homophobie et pour le respect des transsexuels, InterTrans, ORTrans et Ravad, avait salué aussitôt l'annonce, tout en demandant au gouvernement d'aller plus loin. L'association française Homosexualités et Socialisme (HES) avait"salué" également cette annonce qui répondait "à une revendication portée de longue date" de la communauté lesbienne, gay, bi et trans de France (LGBT). Pour HES, il était "temps, à présent, de passer du symbole aux actes concrets, en luttant contre les violences et les discriminations qui pèsent sur les trans". Au-delà de "cette mesure de déclassification, il reste encore beaucoup à faire pour que le transsexuels (...) soient pleinement reconnus comme des citoyens de première zone", avait insisté pour sa part la coordination Inter-LGBT. (17/05/2009)

LIRE AUSSI >

. [France] Annonce de la déclassification de la transsexualité des maladies mentales (mai 2009) (revue de presse, communiqués associatifs et autres tribunes établis lors de l'annonce en mai 2009)

. 18 février 2010 :
Publication du rapport de la HAUTE AUTORITE de SANTE qui recommande un parcours de soin pluridisciplinaire et désormais planifié
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

radiocancan 19/02/2010 04:49


2 autres réactions :

Communiqué de Trans Aide :
http://lezstrasbourg.over-blog.com/pages/mesure-bachelot-communique-trans-aide-2604698.html

Communiqué de Alter Egaux Nancy :
http://militant54.over-blog.com/categorie-10198872.html


Céline (tg68celine) 17/02/2010 22:40


Je viens de parcourir Le Blog, une rareté dans le domaine de l'information sur notre genre méconnu, riche de vraies informations et de précisions plus utiles les unes que les autres.Que dire ,
Bravo ou compliments me semblent un peu justes...En tous cas merci pour ce blog


radiocancan 17/02/2010 08:49


Un autre article sur Slate :
http://www.slate.fr/story/17445/les-transexuels-ne-sont-plus-des-malades-remboursesils-sont-juste-des-malades


radiocancan 17/02/2010 08:32


Hello Caphi !!

A signaler deux autres communiqués :
Communiqué de l’ACTHE et de l'Inter Trans du 13/02/2010 : " une dépsychiatrisation à la va-vite"
http://www.acthe.fr/information/viewartrub.php?a=72

Communiqué commun ACTHE, InterTrans’, ORTrans et Inter-LGBT du 15/02/2010 : "La "dépsychiatrisation"... et ensuite"
http://www.inter-lgbt.org/spip.php?article991

Et aussi un article dans l'express ici :
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-transsexuels-s-inquietent-de-ne-plus-etre-rembourses_849109.html
(suis tombée dessus via les statistiques de mon blog. Comme j'y ai publié la version intégrale du communiqué de STS, il y ont mis le lien)

Voilà, sinon de mon côté je regroupe des infos ici :
http://lezstrasbourg.over-blog.com/article-mesure-bachelot-concernant-les-trans-des-reactions-sur-le-web-militant-44909362.html
Mais c'est loin d'être aussi complet que ta revue de presse. Je recense essentiellement des liens sur des réactions, articles, communiqués de personnes et d'organisations trans'. J'ai diffusé ma
compil, et demandé à ce qu'on m'envoie des contributions, sur le réseau militant LGBTI. Si quelque chose arrive chez moi, je te l'envoie aussi. J'ai évidement signalé ta revue de presse. Tu vas
avoir de la visite je pense...

Bises !!



caphi 17/02/2010 13:29


Merci Radiocancan pour ce travail en commun qui j'espère sera lu avec attention par celles-ceux qui s'intéressent réellement à la question "Trans".
Bien à vous.
Caphi  


Yann 13/02/2010 01:34


Ca faisait longtemps en Sarkozie que je n'avais pas entendu de bonnes nouvelles. Enfin une raison de ne pas avoir honte d'etre français pour une fois. On avance...
Roselyne se fait une réputation jusqu'au Costa Rica !

El transexualismo ya no es considerado como una enfermedad mental en Francia, primer país en el mundo que saca el transexualismo de la lista de las afecciones psiquiátricas, según un decreto
publicado el miércoles en el Diario oficial.

La ministra de Salud, Roselyne Bachelot, había anunciado el 16 de mayo de 2009, antes del día mundial de la lucha contra la homofobia y la transfobia, que el transexualismo ya no será considerado
como una afección psiquiátrica en Francia.