Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

(cette page sera bientôt complétée avec d'autres photos et vidéos)

14eme édition du FESTIVAL INTERNATIONAL DE FILMS GAYS & LESBIENS de PARIS

"Ouvrir les portes" tel fut le voeu formulé par sa co-programmatrice, Florence Fradelizi qui a ouvert le mardi 4 novembre, en présence, entre autres, de sa nouvelle Présidente Pascale Ourbih et de Madame H., (photo caphi), au cinéma LE REX (Paris), la 14e édition de ce Festival "de tous les genres" qui se veut "éclectique".

Curiosité, ouverture au monde et à ses cinémas, diversité des films, de leurs formats, de leurs sujets" tel fut le crédo de la 14e édition du Festival de Films Gays & Lesbiens de Paris qui se déroula dans deux salles, le Rex (Grands Boulevards) et le Latina (Marais) et présenta des inédits, des avant-premières et beaucoup de court métrages dans un "mélange des genres à tous les sens du terme, cinématographique et identitaire" avaient annoncé les deux délégués Florence Fradelizi et Didier Roth-Bettoni.

L’accent fut mis cette année sur les relations complexes et tendues entre homos et Islam avec notamment, en ouverture du Festival, Cora zones de mujer, généreux road movie vers le Maroc d’une femme et d’un transsexuel en présence du réalisateur Davide Sordella.

Jeudi 6 novembre, au 3eme jour du Festival, a été projeté le documentaire italien "Soudain l'hiver dernier" de Gustav Hofer et Luka Ragazzi (Italie, 80 min, 2007) sur un sujet politique grave traité avec humour :  filmer le processus législatif qui doit mener au DICO, un statut pour les couples de même sexe équivalent au PACS français. Le moment le plus intense fut l'intervention passionnée de la députée transgenre Vladimir Luxuria filmée à l'occasion de la manifestation laïque pour le DICO.
Le débat qui suivit, en présence des deux réalisateurs, fut instructif sur la situation - politique particulièrement - dont souffrent les homosexuel(le)s et les transgenres en Italie, aussi. Diffusion sur ARTE le 3 janvier 2009 à 18 H.
< photo caphi :  La Présidente du Festival Pascale Ourbih entourée de Gustav Hofer et Luka Ragazzi, les co-réalisateurs de "Soudain l'hiver dernier" devant le REX.

Samedi 8 novembre, au cinéma Le Latina, nombreuses-x furent les spectatrices-teurs - dont certain(e)s de ses anciens ami(e)s - pour une séance "Hommage à Maud Molyneux" (alias Marc Raynal / Louella Intérim), cinéphile, cinéfolle, journaliste, militante, décédée en septembre 2008 - lire l'excellent post (-mortem) sur le site de Serge Toubiana et les commentaires afférents - et présenté par Hélène Hazera et Pascale Ourbih (photo caphi) avec la projection de Tam-tam de Alfo Arrieta (66 minutes, 1975).
 
Le dimanche 9 novembre à une heure (13 H) qui ne lui a pas permis vraiment de rencontrer son public, a été projeté au REX un documentaire remarquable : She’s a Boy I Knew de Gwen Haworth (Canada, 70 min, 2007, vostf). La réalisatrice raconte son parcours de Trans en interrogeant sa famille et ses proches sur le regard qu'ils portent sur elle pendant sa transition M to F, de Steven à Gwen. Un film juste et intelligent où tout est dit afin de comprendre les difficultés de vivre dans sa véritable identité.
Précédant ce long-métrage, le documentaire Swim Suit de Lucretia Knapp (Etats-Unis, 14 min, 2008, vostf) a la force de l'image : les très belles scènes aquatiques sont comme une métaphore de la période foetale pour exprimer la (re)nnaissance, tout autant que les mots de Calvin, jeune FtoM dans son "désir contradictoire de faire sa transition et celui de rester dans l’équipe de natation féminine de son collège".

Le soir-même, la célèbre Madame H (Christophe Marcq) a présenté au Divan du Monde son Cabaret Interlope intitulé "Pigalle is back" : une soirée très réussie où se sont retrouvés sur scène : Bambi reine inoubliable du Carrousel, Océan performeur transgenre singing live&multimedia show, La Bourette poète callipyge en talons aiguilles, Monsieur K chanteur sombre de sombre cabaret (photo caphi), Monsieur Katia monologueuse, chanteuse populaire et coiffeuse autodidacte, Drag King Fem Show, trio drag-burlesque, The Man Inside Corrine créature protéiforme et bancale ; Chose Chaton & Tom de Pékin (pour une "chose audio-visuelle autour de Pierre Molinier").
Un spectacle haut en couleurs où le show de Bambi (photo caphi) a fait l'effet d'une bombe et où certain(e)s ont pu découvrir le talent d'Océan, jeune performer transgenre.

Pendant ces huit jours de plaisirs intenses et partagés, il y eut aussi des rencontres avec des témoins émouvant-es tels l'iconoclaste Bruce LaBruce, Vincent Dieutre pour une double séance, l’artiste Pascal Lièvre qui nous plonga dans une eXtasis décalée, Maria Beatty, Émilie Jouvet, les documentaristes Saskia Hayden ("Risk, Strech or Die"), Christina Clausen, Murielle Iris, Gustav Hofer et Luca Ragazzi et beaucoup d’auteurs de courts métrages dont "The Saddest boy in the world"  du Canadien Jamie Travis récompensé cette année par le Prix Canal +. 
 
La clôture du Festival (photo de droite : Pascale Ourbih et Madame H.) s'est faite le mardi 11 novembre, avec la projection du film "Donne -moi la main" (80 min, 2008) en avant-première  (sortie le 14 janvier 2009) par son réalisateur, le français Pascal-Alex Vincent, auteurs de courts métrages, qui l'a présenté comme "un film d'atmosphère" :  le voyage en stop de deux frères jumeaux jusqu’en Espagne où doit avoir lieu l’enterrement de leur mère qu’ils ont très peu connue. Rencontres, disputes, réconciliations, expériences, cette oeuvre originale peut, malgré ses qualités esthétiques et ses belles scènes d'amour, de par sa lenteur-même, en avoir rebutée certain(e)s. 

La projection fut suivie d'une fête intitulée «That's all folks!» au Toro animée par le Dj set Axelle Roche et The Man Inside Corrine.

caphi
Bientôt ICI d'autres photos et vidéos complèteront ce compte-rendu.
 

Commenter cet article