Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

Comment expliquer l’attirance que les hommes (généralement hétérosexuels) éprouvent à l’égard des transsexuelles ? Les hommes attirés par le “troisième sexe“ sont-ils bisexuels ? Le troisième sexe triomphe dans l’industrie pornographique. S’agit-il du reflet d’un phénomène de société, ou d’une surenchère de plus ? Est-ce que certains hommes, de par leur attrait pour les transsexuelles, doutent de leur orientation sexuelle ?

par Milene Leroy, Sexologue/Conseiller-Médiateur en Genres et Sexualités, sam 27 sep 2008


Comment expliquer l’attirance que les hommes (généralement hétérosexuels) éprouvent à l’égard des transsexuelles ?

Au-delà du simple fait d’aimer une transsexuelle, c’est la fascination, la complexité, cette imbrication forte d’un sexe biologique de mâle et d’une érotisation du corps pourtant toute féminine qui peut amener à une attirance physique et intellectuelle. Ils dépassent les normes restrictives habituelles en terme de codes d’attractions masculins et féminins. Décriées ou adorées, les transsexuelles allient le phallique à tous les symboles de féminité, elles ont le pouvoir de combiner à la fois (pour les non-opérées qui acceptent leur sexe biologique) la virilité par une réaction sexuelle génitale masculine et une mouvance de femme.


Les hommes attirés par le “troisième sexe “ sont-ils bisexuels ?

La bisexualité est une orientation sexuelle qui ne se définit pas par choix mais par une évidente attirance pour des personnes des deux sexes.

Là, il y a confusion entre orientation sexuelle et identité, les transsexuels, qu’ils soient ou non opérés ne veulent pas forcément devenir homme ou femme mais avoir une identité de genre qui correspond à leur sexe psychologique. Etre une femme ou un homme peut être, pour certains, une évidence alors que pour d’autres c’est la notion de genre qui prime, ils jouent de la performance dont le corps est « l’outil » qui leur permet de mettre en branle toute catégorisation. Le/la transsexuel(le) est une personne qui veut acquérir l’identité qui correspond à sa façon de se penser, de se percevoir… La transsexualité n’est pas une orientation sexuelle mais bien une identité de genre, on ne peut donc pas dire que l’attirance pour un(e) transsexuel(le) fasse d’un homme un bisexuel, il sera simplement attiré par une personne qui donne une définition singulière de son identité.

Un(e) transsexuel(le) peut être hétérosexuel, homosexuel ou bisexuel ou encore décider de parler d’une attirance pour une personne afin d'éviter de mettre en exergue tout étiquetage.


Le troisième sexe triomphe dans l’industrie pornographique. S’agit-il du reflet d’un phénomène de société, ou d’une surenchère de plus ?

Comme toute autre spécificité corporelle, la transsexualité amène à des transformations qui submergent la curiosité et pour lesquelles les industries ne manquent pas d’amplifier les particularités. La transsexualité n’est pas un phénomène de société, elle est simplement un peu plus visible qu’avant car médiatiquement, culturellement, socialement… un petit plus acceptée. Alors que la société accepte enfin que certains individus puissent souffrir d’un corps qui ne correspond pas aux perceptions qu’ils ont d’eux-mêmes, la pornographie utilise la transsexualité, de manière générale, comme simulacre en accentuant le côté « phénomène » de la « métamorphose ». Il faut toutefois noter que certains films ne sont pas de faux-semblants mais bien une « ouverture » sur la sexualité des transsexuels.


Est-ce que certains hommes, de par leur attrait pour les transsexuelles, doutent de leur orientation sexuelle ?

Les hommes attirés par les transsexuelles peuvent douter de leur orientation sexuelle habituellement définit comme hétérosexuelle. Toujours dans un souci de « décatégorisation », il faut toujours rappeler qu’un transsexuel rend visible une identité de genre, si la personne se considère comme une femme, cet homme sera alors amoureux d’une femme et non du sexe biologique de cette dernière

Commenter cet article

fer 11/01/2015 04:00

Je reponds six ans apres a gouine mum...moi j'en ai marre qu'on disent le genre et l'orientation sexuelle ne sont que des constructions blablabla en faite cest le " ne sont" qui me gene pour les animaux sociaux qu'on aient ,les constructions sociales c'est du beton armé et ce n'est pas dérisoire ,si c'était aussi simple il y aurait justement aucun transgenre, il y aurait aucune volonté de transformations corporrelles et de plus il n'y aurait ,la majorité des autres qui ne se posent même pas la question voila ,oui pour dire que cela se construit non pour le mepriser avec des "ne sont" merci

fer 11/01/2015 04:00

Je reponds six ans apres a gouine mum...moi j'en ai marre qu'on disent le genre et l'orientation sexuelle ne sont que des constructions blablabla en faite cest le " ne sont" qui me gene pour les animaux sociaux qu'on aient ,les constructions sociales c'est du beton armé et ce n'est pas dérisoire ,si c'était aussi simple il y aurait justement aucun transgenre, il y aurait aucune volonté de transformations corporrelles et de plus il n'y aurait ,la majorité des autres qui ne se posent même pas la question voila ,oui pour dire que cela se construit non pour le mepriser avec des "ne sont" merci

jean-marc 04/05/2014 16:21

moi j'aime une MtF je suis attiré par sa féminité avant tout et mon amour est aussi fort voire plus que celui que j'ai eu pour des femmes ( marié 30 ans ) ma relation est trés solide.
Pour l'amour seul compte je me fous de ce que pense la société

jean-marc 27/01/2015 23:48

je comprends très bien qu'une lesbienne soit attirée aussi par un MtF. c'est un couple ideal

GouineMum 30/09/2008 13:39

Bon, mis à part l'éternel abus de pronoms et genres grammaticaux face aux femmes MtF, ce texte est plutôt de bonne volonté face aux trans', mais :J'en ai un peu marre que dès qu'on parle de sexualité des personnes transgenre, on ne pense qu'aux MtF et aux hommes qui voudraient coucher avec elles. J'aimerais qu'on s'interroge aussi sur la (supposée) orientation sexuelle des femmes qui désirent des MtF, et des personnes (hommes ou femmes) qui désirent des FtM.Sans oublier que les trans' ne sont pas seulement désiréEs, mais aussi désirantEs...Nous ne sommes pas tous/-tes hétérotEs (bien au contraire même), ni tous/-tes juste des objets sexuels !En menant ce débat plus loin, on se rendra sûrement compte que la transidentité visible déconstruit l'orientation sexuelle autant que le gerne, en montrant que les deux ne sont que des constructions sociales et politiques. Cornelia, gouine à bite visible, qui couche numériquement parlant avec plus d'hommes que de femmes, mais qui n'en reste pas moins gouine et fière de l'être