Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie a décidé aujourd'hui mardi 22 avril de suspendre l'expérimentation du logiciel Ardoise, actuellement en phase de test dans certains commissariats. Cette décision, entérinée depuis hier, a été confirmée par le cabinet de la ministre en fin d'après-midi. Elle répond aux craintes des nombreuses associations qui lui demandaient depuis plus d'une semaine le retrait d'éléments stigmatisant des catégories de personnes (lire Tétu du 14 avril). Pourtant, le ministère poursuit la formation à ce logiciel auprès des personnels de police. Selon l'AFP, «la ministre a également souhaité réfléchir à la pertinence des critères retenus pour ce logiciel au regard des besoins d'enquêtes, tout en prenant en compte «les besoins opérationnels» des services de police et de gendarmerie».

Aussitôt, dans un communiqué, Hussein Bourgi, président du Collectif contre l'homophobie de Montpellier, a dit «prendre acte de cette décision empreinte de sagesse et de responsabilité». Il propose à Michèle Alliot-Marie «de mettre sur pied un groupe de travail réunissant des membres de son ministère, des représentants syndicaux des policiers et des militants d'associations de défense des droits de l'homme» afin d'examiner la compatibilité des ! fonctionnalités d'Ardoise avec la protection des données perso! nnelles recueillies et consignées dans ce logiciel.

 

Photo: DR.
source : www.tetu.com, 22 avril 2008, 20 H 15

Pour en savoir plus, lire  > [France] Sécurité: un logiciel de renseignement suscite le malaise (14 avril 2008)

Logiciel Ardoise: les associations satisfaites mais vigilantes
Suite à la décision hier mardi 22 avril de Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, de suspendre l'expérimentation du logiciel Ardoise (lire Édition spéciale du 22 avril ou plus haut), les réactions des associations sont empreintes de satisfaction. Toutes rappellent qu'elles demandaient en premier lieu l'arrêt de l'expérimentation, estimant qu'il s'agit d'une première étape positive. Les policiers gays et lesbiens de Flag! se félicitent de cette décision et rappelle «qu'il faut désormais obtenir la suppression des catégories discriminatoires de l'«état civil» de la personne, sans remettre en cause ce logiciel Ardoise qui représente un progrès pour le traitement des affa! ires». Les Oublié(e)s de la mémoire disent «rester vigilants», et SOS homophobie confirme sa mobilisation «face au risque de fichage des personnes». Pour Vincent Doubrere, chargé de communication de l'Union nationale des associations de lutte contre le sida (Unals), «après ce premier résultat encourageant, nous maintenons la pétition pour obtenir la modification d'Ardoise». Jérôme Vicart, président de Flag!, «a bon espoir» car cette décision de suspension de la part de la ministre «est inédite par rapport au lancement du logiciel STIC. Sa mise en conformité avait été obtenue alors qu'il était déjà en fonctionnement.»

Hier, en fin d'après-midi, Hu! ssein Bo urgi, président du Collectif contre l'homophobie de Montpellier, qui avait médiatisé la polémique autour de ce logiciel, a proposé à Michèle Alliot-Marie «de mettre sur pied un groupe de travail» avec policiers, associations et représentants du ministère de l'Intérieur afin d'examiner la compatibilité des fonctionnalités d'Ardoise avec la protection des citoyens.

source : tetu.com

Commenter cet article