Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

ou quand l’omniprésident se fait absent quand ça l’arrange...


De gros efforts restent à faire en France notamment sur la question de la famille ou de l’identité de genre ; les tabous perdurent, tabous galvanisés par une droite traditionaliste dont Nicolas Sarkozy se fait parfois le porte parole.

publié par Laurie-Anne, mjs62.fr, (Mouvement des Jeunes Socialistes du Pas-de-Calais), jeudi 17 janvier 2008

Le rythme effréné des réformes entreprisent par le gouvernement Zapatero en Espagne ont de quoi faire rêver les forces de progrès en France. Sur les questions de l’homoparentalité, le droit des homosexuels, la question transgenre ou l’enseignement, l’Espagne a, depuis l’arrivée du socialiste Zapatero au pouvoir fait un énorme bon en avant. La France, en comparaison, fait figure de dernier de la classe à l’échelle Européenne... A croire que Sarkozy n’aime les gays qu’en période de campagne électorale...

Droit de mariage et d’adoption pour les couples homosexuels, possibilité pour les transsexuels de changer d’état civil, procédures de divorces accélérées, usage des cellules souches dans la recherche : depuis l’arrivée au pouvoir en Espagne de Zapatero en 2004, de nombreuses réformes ont modifié la société Espagnole. Autant de réformes qui témoignent de la volonté du gouvernement socialiste en place de s’affranchir des préceptes catholiques.

Sans surprise, l’Eglise se montre très hostile à ces initiatives et y oppose des protestations véhémentes et des manifestations d’oppositions. Soucieuse de préserver son influence (et de continuer à imposer sa morale ?), l’Eglise multiplie les attaques virulentes à l’encontre de ce qu’elle nomme « le fondamentalisme laïc » et a, à ce titre, organisé dernièrement un rassemblement à Madrid au nom de « la famille chrétienne ».

Les tensions ne sont pas prêtes de disparaître, d’autant plus qu’une nouvelle réforme, de l’enseignement cette fois, vise à amenuiser l’influence de l’Eglise en rendant l’instruction civique obligatoire et le catéchisme facultatif dès la rentrée prochaine dans les écoles du pays.

Des réformes courageuses dans un pays encore sous grande influence de la morale religieuse ; des réformes pourtant encore jugées insuffisantes, voir « timides » par beaucoup au sein de la gauche espagnole.

Une « timidité » qu’en France, on pourrait presque considérer comme étant ultra progressiste tant notre retard (par exemple en matière de droits aux couples homosexuels) est grand. De gros efforts restent à faire en France notamment sur la question de la famille ou de l’identité de genre ; les tabous perdurent, tabous galvanisés par une droite traditionaliste dont Nicolas Sarkozy se fait parfois le porte parole (quand Christine Boutin n’est pas disponible !). Preuve en a été faite à Rome il y à quelques semaines avec un discours de la part du président empreint d’une complicité chrétienne affichée allant à l’encontre du principe même de la laïcité Française.

Le gouvernement en place devrait peut être s’inspirer de cette « timidité » Espagnole afin d’avancer sur des questions cruciales et urgentes telles que les droits aux homosexuels, notamment en terme d’adoption et de parentalité. Parce que la société n’est pas figée et qu’elle évolue, le gouvernement, au delà même des sensibilités politiques, se doit de prendre des initiatives en fonction. A noter qu’à ce jour, absolument rien n’est inscrit dans l’agenda ministériel concernant ces questions. Manque de courage de la part d’un chef de l’Etat trop soucieux de ne pas contrarier son électorat conservateur ? Promesses électorales afin de séduire l’électorat gay passées aux oubliettes ? Lui qui se veut un chef de l’Etat « moderne », il semblerait que Sarkozy ait sa propre définition du terme…

http://www.mjs62.fr/spip.php?article430
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article