Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caphi

sommaire
[les dits tôts de caphi] A notre santé ?
[droits] Lituanie: la Cour Européenne des Droits Humains rend un jugement favorable aux transgenres

[États-Unis] Débat sur la réassignation génitale devant la justice de Californie
[discriminations] France : à l’occasion du renouvellement de son collège, la HALDE manque sa rupture
[santé] Naître dans le mauvais corps - Ni perversion, ni déviance
[religion]
Les eunuques et la Bible
[exposition] "XX Boys"

[people] La fille de Cher veut devenir un homme

[les dits tôts de caphi] A notre santé ?

Des États-Unis à l'Europe, le débat concernant la réassignation sexuelle et le droit de la personne Trans commence à poindre.

Il fait penser aux revendications passées des féministes historiques qui demandaient que les femmes soient libres de leurs corps (contraception, I.V.G.). Après de longs combats, elles ont obtenue des avancées, même si dans d'autres pays, il reste encore beaucoup à faire.

Alors que des "manipulations génétiques" sur embryons sont aujourd'hui effectuées avec l'autorisation de gouvernements dits "démocratiques", les transsexuel(le)s, sujets de discorde parmi les instances médicales et politiques en France, ne peuvent encore disposé(e)s de leurs propres corps et rencontrent de nombreuses difficultés au prix quelquefois de lourdes souffrances.

Population mal reconnue et peu étudiée, les Transsexuel(le)s ne seraient pas encore des "sujets à part entière".

A quand de véritables lois qui ne soient plus liberticides ?

caphi


[droits] Lituanie: la Cour Européenne des Droits Humains rend un jugement favorable aux transgenres

A quelques semaines de l’Existrans à Paris, la Cour Européenne des Droits Humains (CEDH) vient de rendre un jugement favorable aux droits des personnes transgenres en Lituanie.
La Cour de Strasbourg a rendu son jugement dans l’affaire L. contre la Lituanie, le 11 septembre dernier.
Elle considère que si la loi Lituanienne a bien accordé aux transsexuels, à la fois le droit de changer de genre et que ce changement soit pris en compte par l’état-civil, en revanche, la législation organisant la chirurgie de réassignement de genre n’a pas encore été adoptée et ce manque occasionne un obstacle à l’achèvement du processus.
La Cour considère donc que la Lituanie viole l’article 8 de la Convention Européenne des Droits Humains, relatif au respect de la vie privée.

Cet arrêt est conforme à la jurisprudence de la CEDH qui a établi le principe selon lequel une personne transgenre a le droit d’entreprendre une procédure de réassignement de genre et que ses papiers d’identité doivent être conformes à son nouveau genre.

Le Centre LGBT-Paris IDF, qui fait connaître ce jugement, se félicite dans un communiqué de cette décision. "A quelques jours de la marche annuelle de l’Existrans, déplore néanmoins le CGL, les associations trans et LGBT françaises se heurtent au peu d’empressement des institutions françaises à prendre en compte leurs demandes et que les droits des trans sont amplement bafoués dans notre pays".

La Marche de l’Existrans aura lieu cette année le 6 octobre.

Centre LGBT-Paris IDF : www.cglparis.org

source :
e-llico.com , le 21//09/07

[États-Unis] Débat sur la réassignation génitale devant la justice de Californie

Rhiannon O'Donnabhain, une transsexuelle de 63 ans, a décidé de poursuivre le gouvernement fédéral qui a refusé de considérer que le coût de son opération chirurgicale de réassignation génitale puisse être déduit de sa feuille d'impôts. À l'audience, qui s'est déroulée à Boston (Massachusetts), le gouvernement a fait témoigner un expert psychiatre  qui a soutenu que «tous les troubles dans la nature humaine, y compris le transsexualisme, n'étaient pas nécessairement des maladies». Il a conclu que l'opération chirurgicale de réassignation génitale n'était pas médicalement nécessaire, mais qu'elle répondait seulement à un besoin esthétique, et que, donc, son coût ne pouvait pas être déduit sur le plan fiscal. Les avocats de l'organisation qui défend la transsexuelle ont vivement contesté ces déclarations, soulignant que face à un trouble de l'identité de genre, l'opération chirurgicale de réassignation génitale est bien une nécessité médicale. Cette affaire est importante car environ 2.000 personnes par an subissent ce type d'opérations aux États-Unis, et pourraient donc prétendre à une déduction fiscale.

source : tetu.com, Stéphane Garneri, 5 septembre 2007

http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11762

[discriminations] France : à l’occasion du renouvellement de son collège, la HALDE manque sa rupture
Aucun(e) représentant(e) du monde associatif lesbien, gai, bi et trans (LGBT) !
La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité vient de voir renouveler la moitié de son collège. Six nouvelles personnalités viennent d’être nommées, et les six ont pour point commun d’être totalement inconnues du monde associatif lesbien, gai, bi et trans (LGBT). Rien dans leur parcours ne rappelle en effet une éventuelle expertise dans le domaine de la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle à l’identité de genre. Le collège de la HALDE conserve donc un profil notabilisé, en restant composé pour l’essentiel de personnalités qui trouvent leur légitimité ailleurs que dans l’accompagnement des victimes de discrimination liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

Cet été, lors d’un entretien avec son président, Louis Schweitzer, l’Inter-LGBT avait pris acte des actions récemment menées par la HALDE en matière de lutte contre l’homophobie, et notamment de la mobilisation de son équipe juridique. Mais la question de la représentation des associations accompagnant les victimes LGBT avait été évoquée comme un problème devant être résolu. Aujourd’hui, avec la désignation récente d’une unique responsable associative LGBT au sein du seul comité consultatif de la HALDE - qui n’a pas le pouvoir de délibération du collège -, cette question reste posée.

En effet, la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre n’est pas qu’un sujet anecdotique ou secondaire. Or, les autorités ayant procédé aux nominations du collège de la HALDE n’ont tiré aucune leçon ni de la faible visibilité de la HALDE auprès des victimes d’homophobie, de lesbophobie ou de transphobie, ni de la persistance des discriminations subies par les personnes LGBT, voire de ses dérives récentes ultra-violentes.

Rien ne justifie que le monde associatif doive porter seul l’effort en matière de soutien aux victimes et de sensibilisation de la société. Pouvoirs publics, partenaires sociaux et institutions seront donc, plus que jamais, jugés aux actes.

Source : http://www.inter-lgbt.org - Communiqué du 12 septembre 2007

Le site de la HALDE > www.halde.fr

[santé] Naître dans le mauvais corps - Ni perversion, ni déviance 

Claudette Samson, Le Soleil (Québec), vendredi 30 mars 2007

Changer de sexe n'a rien à voir avec la déviance, encore moins avec un caprice. Les personnes entamant un tel cheminement présentent au contraire une souffrance profonde, touchant à ce qu'elles ont de plus intime

Dans son bureau du CHUL, le psychiatre Jean-Pierre Bernatchez a suivi environ 200 transsexuels depuis une trentaine d'années, du début de leur cheminement jusqu'à l'étape ultime, l'intervention chirurgicale. La plupart pendant deux ans à quatre ans, jusqu'à 12 ans dans un cas.

Parfois, un patient «vire de bord» avant l'opération finale. «Notre but n'est pas de les convaincre, mais de s'assurer qu'ils sont certains de leur décision.» Deux lettres de psychiatre sont d'ailleurs exigées au Québec avant de passer sous le bistouri.

Il faut savoir prendre son temps, note le médecin. «Il y a eu des histoires d'horreur, entre autres aux États-Unis, où des gens voulaient se faire réopérer au bout de deux ans parce qu'ils s'étaient trompés. Il y a eu des dépressions, des suicides.»
Le Dr Bernatchez dit avoir revu environ la moitié de ses patients après leur opération et jure d'une chose : tous, sans exception, étaient plus épanouis.

Image
Le psychiatre Jean-Pierre Bernatchez du CHUL, à Québec, a suivi environ 200 transsexuels depuis une trentaine d'années, du début de leur cheminement jusqu'à l'étape ultime, l'intervention chirurgicale.
Mélange des genres

Le spécialiste déplore le mélange des genres ( !) dont souffre le transsexualisme dans l'esprit populaire. «Ça n'a rien à voir avec l'attirance sexuelle ou une perversion.»

L'identité sexuelle naît, explique le médecin, par le «processus d'élevage» que constituent tous ces comportements extérieurs qui nous font sentir garçon ou fille. Mais attention : le fait qu'un enfant enregistre le message contraire ne découle pas du comportement de ses parents. Combien de parents, même, auront tout fait pour «masculiniser» leur garçon trop porté à leur goût sur les jeux de fille, illustre le Dr Bernatchez.

Autre mythe, un tel sentiment n'est pas en lien avec l'apparence physique. «Il y en a de toutes les carrures, de toutes le statures.»

«Malgré toutes les études biologiques, hormonales, chromosomiques, on n'a jamais trouvé de quelconque anomalie, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas une explication biologique.» L'une des hypothèses serait qu'au cours de la grossesse, l'imprégnation hormonale se fasse différemment au niveau du cerveau que dans le corps. «Mais ce n'est qu'une hypothèse.»

Chose certaine, dit-il, aucune thérapie ou psychanalyse n'a permis à une personne transsexuelle de modifier sa perception d'elle-même. Des hommes ont tenté de le faire en se tournant vers des activités très masculines, l'armée, les sports extrêmes, le culturisme. En vain...

Cheminement

Il faudra au médecin de un à deux ans uniquement pour sonder les motivations psychologiques de son patient. Une fois l'idée bien affirmée, «on lui conseillera de s'habiller et de vivre comme l'autre sexe 24 heures par jour». Le patient recevra une attestation médicale pour lui éviter ou atténuer les situations désagréables, par exemple s'il est interpellé par la police.

La personne est invitée à s'intégrer socialement dans son nouveau rôle, en allant à l'école ou se trouvant un nouvel emploi, si elle ne peut conserver l'ancien. Le Dr Bernatchez salue à cet égard le «grand courage» de plusieurs patients, qui ont révolutionné leur entourage en faisant accepter leur nouvelle identité.

«Le succès de la démarche de préparation se mesure lorsqu'on a fait disparaître toute idéalisation de ce que la personne veut être.» Autrement dit, briser l'image du bonheur garanti une fois que le changement de sexe sera complété. Homme ou femme, chacun et chacune demeure avec ses insatisfactions, ses défauts... «Même si ça permet un épanouissement, ça n'efface pas la personnalité passée.» Et ce n'est pas non plus un gage de beauté physique !

Pour beaucoup, la chirurgie ne sera que la cerise sur le gâteau. «C'est seulement une correction chirurgicale, tout est déjà accompli psychologiquement.»

Voir aussi :
Naître dans le mauvais corps - Homme ou femme?
Naître dans le mauvais corps - Témoignages
Naître dans le mauvais corps - Changement de sexe: des ados laissés pour compte
 
http://www.cttq.org/index.php?option=com_content&task=view&id=24&Itemid=41

[religion] Les eunuques et la Bible
Voici un témoignage de Marine, une femme trans sur le site de l'Organisation Internationale des Intersexué-e-s (OII).

A la fin de ce long texte, elle reprend un passage biblique sur les eunuques :


Act 8:34 L'eunuque dit à Philippe: Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre?

Act 8:35 Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus.

Act 8:36 Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l'eau. Et l'eunuque dit: Voici de l'eau; qu'est-ce qui empêche que je ne sois baptisé?

Act 8:37 Philippe dit: Si tu crois de tout ton coeur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu.

Act 8:38 Il fit arrêter le char; Philippe et l'eunuque descendirent tous deux dans l'eau, et Philippe baptisa l'eunuque.

Act 8:39 Quand ils furent sortis de l'eau, l'Esprit du Seigneur enleva Philippe, et l'eunuque ne le vit plus. Tandis que, joyeux, il poursuivait sa route,

Act 8:40 Philippe se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu'à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait.

Dernière méditation : Nous qui essayons de mettre notre esprit et notre corps en harmonie, sommes-nous des eunuques améliorés ? Là encore, je crois qu’il appartient à chacun(e) de trouver sa propre réponse.... Mais peut-être notre sexe n’est-il en fait que celui des anges ?
;-)
Marine.
source : http://www.intersexualite.org/F-Marine.html 

[exposition] "XX Boys"
flyermotspetit.jpg à la librairie Les Mots à la Bouche (Paris)* jusqu'au 26 septembre. 

"
XXBOYS est l'histoire d'une rencontre, celle de Kael T. Block, photographe, en recherche active d'une image de soi sexy et positive,avec d'autres jeunes trans qui cherchent aussi à définir leur image et leur identité de transboys en dehors des schémas classiques.

Une rencontre qui s'est faite en grande partie dans les bars et les clubs de San Francisco, dans l'effervescence de la culture queer.

Jusque-là, la seule perspective offerte aux trans était de se conformer à la loi et aux modèles hétéronormatifs dominants. Un garçon trans, c'est-à-dire FtoM (né de genre féminin et ayant opéré une transition vers le genre masculin), devait faire oublier le trans dans le transboy. Il devait parvenir à une image publique de soi lisse et fausse, conforme aux normes majoritaires, d'un garçon ou d'un homme tout à fait comme les autres, et laisser au placard une réalité plus complexe, qui ne devait se révéler que dans le secret du cabinet médical et de la chambre à coucher : il n'était pas un garçon tout à fait comme les autres.

C'est une histoire de désirs qui se rencontrent et se manifestent dans les images de Kael T Block. XXBOYS n'est pas un mouvement mais plutôt une attitude générationnelle. Mais cette génération a également vu les pubs Calvin Klein et n'a pas oublié les images de Bruce Weber : Mark Wahlberg des New Kids on The Block, jeans baissés sur son slip blanc et muscles du torse bandés. D'autres images ne lui ont pas échappé comme les ados skaters paumés hypersexualisés par Larry Clark et Harmony Korine.

Les xxboys sont fils de leur temps : ils ont compris qu'être jeune, mignon et sexy permettait d'être désiré et accepté. Mais au-delà, ils montrent aussi qu'il y a de très nombreuses façons de faire jouer le masculin et en cela, ils sont comme tout le monde, tous différents."

Vincent Simon

* Librairie Les Mots à la Bouche, 6, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie - Paris IVe - Exposition jusqu'au 26 septembre. 

Les sites de Kael .T Block
//Personnal website:            
http://kaeltblock.free.fr
//Online Gallery:                  http://kaeltblock.book.fr
//XX Boys photo project:      http://xxboys.20six.fr

> lire également mon blog "Le Paris de caphi" : sélection d'expos, de spectacles, d'infos, d'invitations agrémentée des images de mon Paris (actualisé chaque jour)

[people] La fille de Cher veut devenir un homme
 Cher : sa fille veut devenir un homme ! 
Cher et (en médaillon) sa fille Chastity

Chastity Bono, fille de Cher, chanteuse mondialement connue, souhaiterait avoir recours à la chirurgie afin de subir une opération peu banale. Si la maman prend un malin plaisir à faire refaire les différentes parties de son visage, c´est une autre partie de l´anatomie qui intéresse Chastity puisque cette dernière souhaiterait changer de sexe. La jeune femme de 32 ans confie s´être toujours sentie plus « homme » que femme. La chanteuse s´oppose formellement à cette opération.

Commenter cet article